PAUL, L’APOTRE DE JESUS

Paul, missionnaire de l’Evangile. Il n’est pas le seul qui puisse revendiquer ce titre (cf. 1 Co 15, 11), mais il est certainement celui dont nous connaissons le mieux le parcours, par ses Lettres (qui nous sont parvenues) et par le récit de Luc, que nous lisons dans les Actes des Apôtres. Grâce à Paul et à ses Lettres, nous avons les premiers écrits qui témoignent de l’impact de la vie et du message de Jésus. Paul est le premier auteur connu qui cherche à rendre compte de ces événements inouïs et inattendus, dans leur forme : l’Incarnation de Dieu en Jésus et le Mystère pascal. Paul, un pharisien, prêt à donner sa vie pour sa foi juive. Plus que les gens de son âge, il brûlait du zèle pour la LOI que Dieu avait révélée à Israël (cf. Ga 1, 14) et il souffrait de voir des Juifs donner leur foi à ce Jésus, un homme condamné par les plus hautes autorités religieuses de son peuple et exécuté par les Romains. Et c’est lui que Dieu choisit pour devenir son messager, pour ouvrir largement aux nations les portes du salut. Comme il l’écrit en Ga 1, 15-16, Dieu l’avait « mis à part dès le sein maternel … et l’a appelé par sa grâce pour l’annoncer parmi les païens. »

Le parcours proposé

La richesse du message de Paul ne peut se limiter aux textes que nous proposons pour ces quelques jours de cette session. Bien d’autres pages de l’Apôtre pourraient / devraient être étudiées et priées, pour nous faire mieux découvrir la grâce que nous avons reçue, et notre responsabilité de témoigner aujourd’hui du message chrétien. Voici le choix retenu :

1) Ga 1, 11 – 2, 4 : Dans ce texte, Paul nous dit combien sa vocation était humainement inattendue. La rencontre, sur la route de Damas, du Christ Ressuscité a fait basculer sa vie. C’est Dieu lui-même qui lui a révélé en Jésus son Fils et qui lui a confié la mission de transmettre ce message aux nations païennes.

2) 1 Co 1, 18 – 2, 5 : Comme nous lisons dans le Livre d’Isaïe : « Vos pensées ne sont pas mes pensées et mes voies ne sont pas vos voies » (Is 55, 7) : Jésus, Fils de Dieu et Crucifié par les hommes ! Ce qui autrefois apparaissait à Paul comme « un scandale pour les Juifs et une folie pour les païens » (cf. 1 Co 1, 23) est devenu pour lui la manifestation la plus éclatante de la Sagesse et de la Puissance de Dieu.

3) 1 Co 15, 1 – 28 : Accueillant désormais la foi au « Fils de Dieu qui l’a aimé et s’est livré pour lui » (Ga 2, 20), Paul découvre, avec ses frères dans la foi (cf. 1 Co 15, 11) combien ce message accomplit les promesses des Ecritures. Dans le Mystère pascal, se révèle à nous l’amour inouï de Dieu et la grandeur de son salut : par sa mort et sa Résurrection, Jésus ouvre aux croyants un chemin de Vie ; la Résurrection de Jésus devient les prémices de la nôtre.

4) 2 Co 5, 11 – 6, 2 : Annoncer cette Bonne Nouvelle est devenu pour Paul le but même de sa vie. Mais annoncer le Mystère pascal ne se fait pas sans une participation à cette mort qui donne la vie : le ministère de Paul en porte les stigmates. Les difficultés qui ont marqué son ministère à Corinthe nous sont particulièrement bien connues par le témoignage des deux Lettres aux Corinthiens. En lisant la Deuxième aux Corinthiens nous entendons encore son appel : « Laissez-vous réconcilier avec Dieu ! »

5) Ep 2, 1 – 3, 13 : Les écrits de Paul sont les premiers témoignages écrits du Nouveau Testament qui nous sont parvenus. Dans ses Lettres – comme il le faisait, sans aucun doute, aussi oralement – Paul a tenté d’exprimer au mieux sa compréhension du mystère chrétien et de transmettre la foi qui l’habitait. Mais ce travail de l’intelligence de la foi – qu’il partageait avec ses collaborateurs, comme en témoignent leurs noms au début de plusieurs Lettres – ne s’est pas arrêté à sa mort. La Lettre aux Ephésiens est pour nous un bel exemple de la fécondité posthume de l’Apôtre.

 

1) Ga 1, 11 – 2, 10 : La vocation de Paul

« Sa conversion ne fut pas une crise, mais un événement et un fait théologique où se mêlent révélation du Christ et apostolat » a écrit M. CARREZ dans Dictionnaire des Religions, art. Paul, p. 1283.

1) Situer notre passage dans la Lettre aux Galates : de quels événements Paul parle-t-il ici ? Pourquoi les mentionne-t-il ?

2) Comment Paul parle-t-il de sa vocation ? Sur quoi insiste-t-il ?

3) Pourquoi Paul est-il monté à Jérusalem ? Repérer les différents personnages qu’il a rencontrés et leur signification.

 

Question 1 • Après l’adresse (v. 1-5), nous trouvons une réprimande sévère de Paul aux Galates (cf. les notes BJ et TOB sur v. 6) qui introduit le passage que nous étudions, où Paul défend « son Evangile ». • A la suite de notre passage, Paul mentionne l’incident d’Antioche où il a défendu « la vérité de l’Evangile », face à Céphas : v. 11 et note BJ ; v. 14 et note TOB.

Question 2 • Dans l’introduction (1, 11-12 et notes BJ et TOB sur v. 12), Paul parle de la révélation de Jésus Christ (cf. aussi v. 16) ; l’Evangile qu’il annonce ne lui pas été transmis et enseigné par des hommes (voir note B sur v. 12). • Les v. 13-14 rappellent la conduite de Paul avant cette irruption de Dieu dans sa vie : cf. en BJ la référence donnée en marge à 2 Co 11, 21 +. • Sur les v. 15-17, lire Jr 1, 5 et Is 49, 1-6 : que nous apprennent ces textes sur ce que Paul pense de sa vocation ? Noter aussi comment Paul désigne Dieu (v. 15 ; cf. aussi en 2, 8). • Sur la réponse de Paul à cette intervention de Dieu : v. 16b-17 • Dans les v. 18-19, Paul parle d’une première rencontre avec Céphas et Jacques. • Sur l’activité missionnaire de Paul en Arabie et à Damas (cf. v. 17 et note BJ), et en Syrie et Cilicie (v. 21) : cf. Ac 9, 30 et 11, 25-26.

Question 3 • Lire les notes de vos Bibles sur Ga 2, 1-2 qui nous renseignent sur le temps (2, 1 et notes BJ et TOB) et l’importance de cette démarche de Paul (2, 2 et note TOB). • Paul est monté avec Barnabé (cf. Ac 4, 36) et Tite : cf. 2, 3 et note TOB. • Il rencontre Jacques, Céphas et Jean (2, 9 : remarquer l’ordre des noms !) ; en 2, 4-5 Paul parle aussi des « faux frères » auxquels il s’est opposé. • Sur l’accord de Jérusalem (2, 7-9), lire les notes BJ et TOB ; remarquer le terme « communion » (koinônia). • A noter également au v. 10, la mention de la collecte (cf. 1 Co 16, 1 et note BJ et TOB).

 

2) 1 Co 1, 18 – 2, 5 : Annoncer un Messie crucifié

Le langage de la croix ne peut être compris ni par le Juif, ni par le Grec. Mais le croyant est invité à découvrir dans la croix du Christ la révélation de la sagesse et de la puissance de Dieu.

1) Situer notre passage dans la Lettre et proposer une division (et des sous-titres).

2) Etudier plus particulièrement 1 Co 1, 18-25 et relever les mots et les formules qui s’opposent ; résumer la pensée exprimée par Paul.

3) Un Messie crucifié : qu’est-ce que ces mots signifiaient pour Paul et ses correspondants ? Et pour nous aujourd’hui ?

 

Question 1 • L’intervention de Paul fait suite à ce qu’il a appris par les « gens de Chloé » (1, 11 et note TOB). Lire si possible les ch. 1-3 pour bien situer notre texte. • Face aux divisions des chrétiens de Corinthe pour les différents prédicateurs (v. 11-13), Paul rappelle avec force que c’est le Christ qui a été crucifié et que c’est en son nom qu’ils ont été baptisés (v. 13) Agir comme le font les Corinthiens, c’est prendre l’Evangile pour une sagesse humaine (v. 17 et notes TOB). • Dans les v. 18-25, Paul montre comment l’Evangile est sagesse et folie (cf. TOB note sur la fin du v. 17). • Paul donne ensuite deux applications : en 1, 26-31 (la composition de la communauté de Corinthe) et en 2, 1-5 (sa prédication) ; cf. les notes BJ et TOB.

Question 2 • Au v 18 : le langage de la croix est folie pour ceux qui se perdent, mais sagesse pour ceux qui sont en train d’être sauvés. • Dans les v. 20-21 : opposition entre sagesse du monde et folie du message par lequel Dieu veut sauver ceux qui croient. • Les v. 22-24 parlent des Grecs et les Juifs ( = tous les hommes) qui cherchent, chacun à leur manière des garanties humaines (Notes BJ et TOB sur v. 22) alors que l’annonce chrétienne présente un Messie crucifié (v. 23 et notes BJ et TOB), puissance et sagesse de Dieu pour ceux qui croient (v. 24 et notes BJ et TOB). • Noter les oppositions du v. 25 qui introduisent les deux applications qui suivent.

Question 3 • Réfléchir sur la signification des deux termes : Messie crucifié ; nous sommes habitués à voir ces deux mots ensemble, mais il n’en allait pas de même pour les hommes du 1er siècle ! • Lire Mc 8, 29-33 et par. ; également l’expérience de Paul (cf. 1 Tim 1, 12-14) ; ou encore Lc 24 19-20. Voir aussi Ga 3, 13 et notes TOB et BJ. • Le Messie, celui qui a reçu l’onction de sainteté (cf. note BJ sur Ex 30,22) ; pour les Juifs, c’est le sauveur attendu (Mc 1, 1 et note TOB). • La croix était la peine capitale la plus cruelle et la plus honteuse, réservée aux esclaves, aux révoltés. La crucifixion était précédée de la flagellation, du portement de croix et du dépouillement.

 

3) 1 Co 15, 1 – 28 : La Résurrection du Christ, prémices de la nôtre

Si les Corinthiens n’avaient pas eu des doutes sur leur propre résurrection, nous serions privés de ce texte de Paul où il nous transmet la plus ancienne confession de foi chrétienne, qu’il a lui-même reçue.

1) Quelle était la difficulté des Corinthiens ? Que contient le passage que nous étudions ?

2) Etudier les v. 1-11 et tout particulièrement les v. 3-5.

3) Sur quoi Paul insiste-t-il dans les v. 12-28 ?

 

Question 1 • Sur la difficulté que représentait la foi en la résurrection pour les Corinthiens, voir la note de BJ sur le titre. Cf. aussi Ac 17, 32 + • Dans la mentalité grecque (marquée par Platon), le corps (sôma) est vu comme un tombeau (sèma) dont il faut sortir ; l’âme / l’esprit peut alors se libérer du corps et trouver son épanouissement (immortalité). • Paul rappelle l’annonce chrétienne que les Corinthiens ont reçue (v. 1-11) ; il montre ensuite le lien indissociable entre la Résurrection de Jésus et celle des chrétiens (v. 12-28) ; il ajoute deux arguments concernant directement les Corinthiens (v. 29-34). • Dans suite du chapitre, Paul essaie de répondre aux objections sur le « comment » de la résurrection (v. 35-53) avant de terminer par une action de grâces (v. 54-57).

Question 2 • Tout d’abord le message chrétien est un Evangile, une bonne nouvelle, qui apporte le salut à celui qui l’accueille et le garde (v. 1-2). Puis Paul rappelle ce qu’il leur a annoncé en premier : la foi transmise dans les premières communautés (v. 3a). • Remarquer la formule qui introduit : j’ai transmis ce que j’ai reçu (v. 3 et note BJ et TOB) ; ainsi 25 ans après la mort et résurrection du Jésus, une tradition est déjà clairement formulée. • Viennent alors les deux phrases parallèles (v. 3b-5) : affirmation de la mort du Christ et de sa résurrection ; de la signification théologique de ces deux évènements ; de leur lien avec les Ecritures (voir les notes de vos Bibles sur ces versets). • Ce credo insiste aussi sur la mort réelle de Jésus (mis au tombeau) et mentionne les apparitions pascales à Céphas et aux Douze. Cf. encore les v. 6-10 et surtout le v. 11 : cette foi est celle de l’Eglise, de Paul (eux et moi) et des Corinthiens (vous).

Question 3 • Noter l’insistance de Paul sur le lien entre la Résurrection du Christ et celle des hommes (v. 12. 13. 16). Vérité de l’Incarnation ! • Or sans la Résurrection du Christ, le message chrétien n’a plus de contenu (v. 14. 17. 19) ; il est vidé de son sens ; les apôtres seraient même de faux témoins de Dieu (v. 15). • L’image des prémices (cf. note TOB sur v. 20 et le renvoi à Rm8, 23 et 11, 16) met en lumière le lien entre la résurrection des croyants et celle de Jésus (v. 20-23) ; elle est complétée par le parallèle entre Adam et Jésus (v. 21-22). • Les v. 24-28 annoncent la victoire définitive sur le mal et sur la mort

 

.4)   2 Co 5, 11 – 6, 1 : Le ministère de réconciliation

La Deuxième Lettre aux Corinthiens est certainement celle qui nous révèle le plus Paul et son ministère : le message qu’il voulait transmettre aux croyants et aussi les difficultés rencontrées par l’apôtre.

1) Situer notre passage dans la présentation du ministère apostolique que nous trouvons en 2 Co 2 – 7.

2) Que dit Paul de son ministère : quel est son contenu ? Relever des phrases qui vous paraissent importantes.

3) Travailler plus particulièrement sur 2 Co 5, 13 – 21 et expliquer ce passage.

 

Question 1 • Lire l’introduction de la TOB, spécialement la Structure de la Lettre. • C’est le ministère de l’alliance nouvelle : note TOB sur 3, 6 ; en BJ, la note sur Jr 31, 31 +, réalisant la promesse que Dieu faisait autrefois par Jérémie. • Lire 2 Co 3, 6-18 et les notes de TOB et BJ. • Le ministère de Paul entre force et faiblesse : 2 Co 4, 7-13 et notes TOB sur 4, 7. 8.12 et 2 Co 6, 4-10 et note TOB sur v. 4 ; cf. encore 2 Co 2, 17 ; 4, 2 et note TOB. • La réconciliation est l’objet central de cette lettre : 5, 13-21 : cf. Question 3. • Noter aussi les passages qui font allusion aux difficultés de Paul avec les Corinthiens : 2 Co 3, 1-4 : cf. 5, 12 et 10, 12 cités en marge par BJ et TOB ; 2 Co 4, 1-5 ; 5, 12-13.

Question 2 • Il annonce un « Evangile » : 2 Co 4, 3 ; l’Evangile de la gloire du Christ (4, 4), de la gloire de Dieu (4, 6) : la mort et la Résurrection du Christ pour nous. • Le Christ est l’image de Dieu (4, 4 et note TOB ; en BJ, voir référence à Rm 8, 29 +) : c’est Jésus (mentionné 7 fois dans les 5 à 14), mort sur croix (cf. Ga 3, 13), qui est le Christ et Seigneur : cf. note TOB sur 4, 5. • Paul annonce la résurrection de Jésus et la nôtre : 4, 14 et note TOB ; en BJ voir les références marginales à Rm 1, 4 + et 8, 11 +. • C’est une création nouvelle : 5, 17 et note TOB et BJ.

Question 3 • L’amour du Christ nous presse : l’amour du Christ pour nous (cf. Ga 2, 20 ; Rm 8, 35), mais aussi notre amour pour lui. • Noter les affirmations de la tradition : un seul est mort pour tous (v. 14 et note BJ) ; mort et ressuscité pour eux (v. 15 note TOB ; références marginales à Rm 5, 18 ; 6 11. • Par le mystère pascal, un événement dans notre histoire, Dieu a réalisé la réconciliation du monde qui inaugure le temps eschatologique; cette annonce est au cœur du message chrétien (v. 19). • Sur ce que le mot réconciliation évoquait alors pour les Corinthiens, lire la note TOB sur v. 18. Les apôtres sont les ambassadeurs du Christ, qui a mis en eux « la parole de réconciliation », (v. 19b-20) ; ils sont ses coopérateurs (6, 1). • Noter aussi l’insistance de l’appel (v. 20b-21) et les notes BJ et TOB et les références marginales.

 

5)  Ep 2, 1 – 3, 13 : L’Eglise, révélation du Mystère

L’Ancien Testament souligne souvent la différence entre Israël, le peuple élu, et les autres peuples, ceux qui ne connaissent pas Dieu. Désormais, dans l’Eglise, Israël et les nations forment ensemble le Corps du Christ.

1) Situer notre texte dans la Lettre aux Ephésiens

2) De qui parlent Ep 2, 1-10 et 2, 11-22 ? Relever les principales affirmations de ces deux passages.

3) Qu’ajoute à cela le ch. 3 et particulièrement les v. 1-13 ?

 

Question 1 • Sur la Lettre aux Ephésiens, lire les Introductions de BJ et TOB. Tous les commentateurs reconnaissent les liens entre Col et Ep. • Pour certains, Ep est une reprise et un approfondissement de Col ; Paul écrit de Rome où il est en prison (dans les années 61-63). Aujourd’hui beaucoup pensent que Ep appartient à une époque plus tardive et provient d’un milieu profondément marqué par Paul et ss pensée (cf. surtout Int. de TOB). • Deux grandes parties : 1 – 3 : la partie dogmatique et 4 – 6 : exhortation qui s’impose. • La 1ère partie commence par une bénédiction (1, 3-14 et note TOB sur v. 3 et celle de BJ sur 1, 10), suivie de la révélation du mystère (2, 1 – 3, 13, et se termine par une prière (3 14-21).

Question 2 • Noter la même division de Ep 2 en BJ et TOB, et les titres donnés : sur quoi ces titres mettent-ils l’accent ? Le texte évoque d’abord la situation de tous les hommes devant Dieu (vous : les païens ; nous : les Juifs) ; cf. Rm 1-3 ainsi que notes de TOB sur Ep 1, 3 ; BJ sur Ep 1, 3.5. • Il parle ensuite du salut gratuit / gracieux dans le Christ (v. 4-10) ; un salut présent, comme déjà réalisé (v. 5b-6 et notes BJ et TOB). • Sur les v. 8-10, cf. note TOB sur v.10 ; en BJ, cf. références marginales sur v. 10. • Dans les v. 11-22 l’auteur reprend, avec des variantes, les mêmes thèmes : la détresse des païens (v. 11-12 ; cf. notes BJ et TOB ; comparer aussi avec ce qui est dit d’Israël en Rm 9, 4-5). Il oppose la situation actuelle dans le Christ (à présent) : v. 13-14 et notes BJ et TOB. C’est la création d’une humanité nouvelle formée des croyants juifs et des croyants venus des nations (v. 15b-20 et les notes BJ-TOB).

Question 3 • Ep 3 est marqué par le ton personnel (moi ; je) ; c’est Paul, en prison (v. 1) et chargé de mettre en lumière (v. 7-9) le mystère jusque-là caché et qui vient d’être révélé (v.5). Il est le ministre (diakonos) de cette Bonne Nouvelle (v. 6-7). • Pour la signification du mot mystère, voir note TOB sur Ep 3, 3 ; en BJ, référence marginale à Rm 16, 25 +. Le contenu de cet Evangile est donné au v. 6 ; et c’est en contemplant l’Eglise (Corps dont le Christ est la Tête : cf. Ep 4, 16 et note TOB) que les Principautés et les Puissances célestes le découvrent (v. 10 et notes TOB et BJ). • Ce texte est pour nous un beau témoin de la fécondité de « l’école paulinienne ».

Publicités