Dossiers Bibliques

dossiersLa démarche proposée dans ces dossiers

Ces dossiers sont conçus avant tout pour un travail en groupe. Ils comprennent deux sortes de fiches :
celles pour les participants donnant la référence des textes à étudier et quelques réflexions pour guider la lecture.

celles pour l’animateur qui indiquent quelques pistes possibles, mais nullement limitatives. Elles voudraient aider les animateurs à tirer profit des explications données dans les notes de leur Bible (BJ et/ou TOB).
Il est peut-être bon de rappeler ici que le travail biblique est plus large que la démarche proposée dans ces fiches. Il comprend normalement trois temps successifs :

1) l’approche subjective du texte : même si ce n’est pas la première fois que l’on lit ce texte, il faudrait l’aborder avec un regard neuf, se laisser surprendre par le texte. Crayon en main, on pourrait noter ce qui me frappe, ce qui me heurte, ce qui me plaît dans ce passage de la Bible. Relever également ce qui fait difficulté (ce que je ne comprends pas) et ce que je découvre.

Il est bon de fixer par écrit ces premières réactions pour pouvoir y revenir éventuellement après avoir écouté le texte.

2) l’étude du texte : se mettre vraiment en situation de dialogue avec le texte, c’est-à-dire rechercher ce que ce texte dit, le message que l’auteur a voulu exprimer et qu’il a dit dans le langage de son époque.

Les questions proposées ne voudraient que conduire au texte et faire découvrir au lecteur (et au groupe) le message de ce passage biblique. Il est bien évident que la richesse d’un texte n’est pas épuisée par les quelques questions données et par les pistes suggérées ici à l’animateur. Mais peut-être permettront-elles d’amorcer la réflexion. Tel est en tout cas leur objectif.

3) L’appropriation : le texte qui a été écouté, étudié est la Parole de Dieu. Aussi après avoir cherché à comprendre ce que le texte dit, faut-il se demander ce que ce texte me (nous) dit ou, en d’autres mots, s’interroger sur le message que Dieu veut m’adresser aujourd’hui à travers ce texte.

Pour ce faire, il peut être utile de chercher à formuler avec nos mots, dans notre situation d’aujourd’hui, personnelle ou ecclésiale, la Parole que cette lecture et le partage avec le groupe nous a fait découvrir.
L’appropriation devrait conduire naturellement à la prière et à l’action.

Pour le bon usage de ces dossiers

Lors des sessions, il est possible de réunir les animateurs de groupes avant chacune des étapes et de leur donner de vive voix un certain nombre de renseignements, de répondre aux questions qu’ils se sont posées, de suggérer des manière de travail le texte.

Le but de ces fiches est de remplacer, au mieux, ce temps de préparation. Elles voudraient aider ceux et celles qui sont familiarisées avec la méthode que nous utilisons, mais qui ne disposent bien souvent que d’un temps limité pour préparer les étapes du travail de groupe, et qui pour cette raison ne se sentent pas assez sûrs pour le faire sans une aide extérieure.

Mais il reste bien entendu que seule la lecture du texte, des introductions et des notes, permettra de guider efficacement un groupe. Ces fiches visent à faciliter le travail personnel, non à le remplacer.

Leur emploi : Telles qu’elles ont été pensées, ces fiches devraient servir avant tout à l’animateur du groupe. Il me semble préférable de demander aux autres participants du travail de groupe de se restreindre à lire le texte prévu pour l’étape et d’y réfléchir en s’aidant du questionnaire.
Le contenu de ces fiches, – au moins avant le travail de groupe – risquerait d’empêcher les participants de lire le texte et d’orienter trop directement leurs réponses, rendant ainsi le travail en groupe plus ou moins inutile, et en tout cas moins riche.

Le cheminement indiqué pour chaque étape est une possibilité : aussi l’animateur veillera à ne pas écarter les autres pistes intéressantes que les participants apporteront – même lorsqu’elles s’écartent notablement de celles proposées ici – pourvu qu’elles puissent se justifier à partir du texte.

Selon notre méthode, nous essayons d’utiliser pour la lecture des textes uniquement une bonne édition de la Bible, avec des introductions et des notes, comme la BJ ou la TOB. On remarquera que ces éditions ne s’accordent pas toujours entre elles : rappel utile du caractère encore incomplet de la recherche, qui nous invite à faire preuve de sens critique et de nuances.
Dans ces fiches, nous utilisons le signe + à la suite d’une citation d’un verset, comme le fait la BJ pour signaler la présence d’une note intéressante sur ce passage; nous le faisons même quelques fois lorsqu’il ne s’agit pas de note-clé, au sens où l’entend la BJ.

 

Publicités