LA PERIODE PARTIARCALE : Gn 12 – 50


Le livre de la Genèse comprend deux parties bien différentes : Gn 1-11 est consacré aux origines du monde et de l’humanité, alors que les chapitres 12-50 nous parlent des ancêtres de l’histoire d’Israël.

Qui dit ancêtres d’Israël pense aussitôt à la formule, souvent reprise dans le Deutéronome, « Abraham, Isaac et Jacob ». Mais les chapitres 12-50 de la Genèse ne font qu’une petite place à Isaac (en Gn 26). En effet, après avoir parlé d’Abraham (Gn 12-25), la Bible nous parle de Jacob, l’ancêtre des douze tribus (Gn 27-36), puis de Joseph, un des fils de Jacob (Gn 37-50). Comme nous le dit l’introduction à la Genèse : « Si l’on fait abstraction d’Isaac, on constate que la Genèse met en place trois types d’ancêtres : Abraham, l’ancêtre commun par excellence, puisque sa descendance consiste également en de nombreuses tribus arabes ; Jacob, l’ancêtre d’Israël, le père des douze tribus ; Joseph enfin, l’ancêtre de la diaspora, c’est-à-dire du judaïsme de la dispersion. » (Le Pentateuque. Traduction œcuménique de la Bible, Cerf – SBF 2003, p. 26)

Les traditions liées à la figure d’Abraham sont localisées dans le sud du pays (Hébron, Mamré) ; celles où intervient Jacob nous conduisent dans le centre du pays (Béthel, Sichem) et jusque vers Aram ; enfin les chapitres consacrés à Joseph nous emmènent en Egypte.
En dehors du Pentateuque, les traditions sur Jacob sont celles qui semblent les mieux attestées dans la Bible : un passage du prophète Osée (au 8ème siècle) les suppose connues de ses auditeurs (cf. Os 12, 4-9.13-14).

Le première référence à Abraham, en dehors du Pentateuque, se trouve en Ez 33, 24. De plus dans l’AT, en dehors de la Genèse, le nom d’Abraham seul, ne se lit que 14 fois, alors que celui de Jacob seul, se rencontre 141 fois ; dans le NT, au contraire, Abraham est cité 72 fois et Jacob 23 fois : voir D. NOEL, dans CE 99, Les origines d’Israël, p. 60-65.

Quant à l’histoire de Joseph, en dehors de la Genèse, elle ne se retrouve que dans le Ps 105, 16-23. C’est pourquoi, on pense pouvoir situer « l’origine du roman de Joseph dans la communauté juive d’Egypte à l’époque perse. Joseph devient un exemple pour montrer aux lecteurs comment on peut être vraiment juif tout en vivant parmi les païens. » (Le Pentateuque, op. ci. p. 27)

Comme on le voit, les derniers rédacteurs du Pentateuque ont réunis dans les chapitres 12-50 de la Genèse des traditions d’origines et d’époques bien différentes. Il est donc difficile de tirer de ces textes des données sûres pour un historien : Israël parle ici de ses ancêtres comme les autres nations. Mais en plaçant les patriarches entre les récits racontant la création du monde et celle de l’humanité et ceux qui sont rattachés à la tradition de Moïse et de l’Exode, la Bible fait le lien entre l’histoire d’Israël et celle de toute l’humanité. Et par là, elle donne à ces textes, sur les ancêtres d’Israël, une dimension universelle : ils racontent aussi notre histoire et nous préparent à mieux comprendre l’histoire du salut. Il vaut donc la peine de prendre le temps de les lire et les (re)découvrir.

Pour les textes appartenant au cycle d’Abraham :voir ceux présentés dans le dossier Les Ancêtres de Jésus I. Pour ceux qui nous parlent de Jacob et de Joseph, voici une proposition :

1) Gn 25, 19 – 34 : Jacob et Esaü

1) Que contient ce passage de Gn ?
2) Qu’est-ce qui est dit de ces deux enfants dans les v. 19 – 28 ?
3) Comment l’auteur nous présente-t-il Jacob et Esaü dans les v. 29-34 ? Quelle leçon en tire-t-il ?

Question 1 Sur tout ce texte, lire la note de BJ sur le titre.
• La BJ divise ce passage en deux : la naissance des enfants (v. 19-28) et l’histoire du droit d’aînesse (v. 29-34). La TOB donne un seul titre : Esaü et Jacob.
• Noter la mention de la stérilité de Rébecca (comme Sara, en Gn 16, 1, ou Rachel, en Gn 29, 31).
• La naissance de ces deux enfants nous apparaît ainsi encore davantage comme un don de Dieu.

Question 2
• Ils sont jumeaux (v. 22), mais ils sont très différents. Ils se heurtent (déjà) dans le sein de leur mère (cf. la note BJ sur v. 23).
• Esaü est le premier à voir le jour (v. 25), mais Jacob lui tient le talon (v. 26).
• Sur les noms donnés aux deux enfants, lire les notes de BJ et TOB ; ce sont des étymologies populaires (voir la note sur le v. 26). Pour une autre explication du nom d’Esaü, voir le v. 30.
• Noter encore les différences entre ces deux enfants et les préférences des parents : v. 27-28.

Question 3
• Jacob nous est présenté comme un pasteur au campement, un Bédouin habile à tirer profit de toute situation rencontrée.
• Esaü est un homme qui court le désert ; affamé, il est prêt à tout sacrifier pour avoir à manger ; remarquer les 5 verbes dont Esaü est le sujet, au v. 34.
• Sur le droit d’aînesse, voir Dt 21, 17 (cité en marge dans BJ).

Que retenir de ce texte ?

• Dans ce texte, le peuple d’Israël veut nous donner une présentation de son histoire passée. L’auteur ne cache pas le caractère rusé de l’ancêtre du peuple (Jacob-Israël) ; il s’en glorifie plutôt. Ce qu’il raconte veut expliquer les tensions qui en résultent avec les peuples voisins, au cours de l’histoire, ici plus particulièrement avec les Edomites (Esaü = Edom).
• L’histoire présente cette situation comme voulue par Dieu (v. 23) qui, librement, donne sa préférence au cadet (cf. la note BJ sur Gn 4, 5).

2) Gn 26, 16 – 33 : Autour des puits

1) Situer notre texte ? A quel cycle appartient-il ?
2) Sur quoi le récit veut-il insister dans les v. 15-25 ?
3) De quoi s’agit-il dans les v. 26-33 ? Quelle était la situation au début du récit ? A quoi est-on parvenu à la fin ?

Question 1
• Pour ce texte, lire la note de BJ sur Gn 26 (titre).
• Après le cycle consacré à Abraham (Gn 12, 1 – 25, 18) commence un cycle consacré à Isaac et Jacob (Gn 25, 19 – 37, 1). En fait, ce cycle parle surtout de Jacob, le grand patriarche père des douze tribus. Gn 26 est un des seuls récits où Isaac est le personnage principal.
• Gn 26 commence par un autre récit concernant Isaac (parallèle à Gn 12, 10 et Gn 20, avec Abraham) ; notre passage forme la suite de cet épisode.
• Le texte comprend deux parties selon la BJ (v. 15-25 et 26-33), mais elles sont toutes les deux en rapport avec les droits sur les puits. La TOB place tous ces versets sous un seul titre. Il s’agit des relations d’Isaac avec ses voisins, ici Abimélek et les gens de Gérar.

Question 2
• Dans les v. 15-25, noter la répétition du mot « puits » : les droits d’eau dans le désert sont une question vitale pour les nomades éleveurs de petit bétail ; d’où les fréquentes contestations entre les différents groupes (cf. Gn 21, 25-31, cité en marge dans BJ). Isaac a hérité des puits d’Abraham, mais il rencontre des oppositions. Remarquer le caractère pacifique d’Isaac (v. 17s ; v. 20s).
• Dans les v. 23-24, nous retrouvons les promesses faites jadis à Abraham : cf. la note BJ sur le v. 23 ; dans le Pentateuque de la TOB 2003, on pourrait lire la note sur le v. 24.

Question 3
• Dans cette situation conflictuelle, Abimélek vient demander une alliance / un serment à Isaac, qu’il reconnaît comme un homme béni par le Seigneur (v. 28).
• Le rite de l’alliance sera un repas partagé (v. 30 – comparer avec Ex 24, 11 et la note TOB) et par un engagement solennel entre les partenaires (v. 31).
• Ce qui est recherché par une telle démarche, c’est la paix entre les deux groupes humain, entre Abimélek et ses gens et Isaac et les siens. Pour la signification biblique du mot « paix », lire la note de BJ en Jr 6, 15 ; dans la TOB, voir la note donnée sur 1 R 5, 26.

Que retenir de ce texte ?
• Nous avons ici un exemple de ces alliances qui permettaient à des groupes humains différents de dépasser leurs conflits d’une manière pacifique. Grâce à un rite d’alliance, ils se considéraient comme des « frères » et s’engageaient à se traiter en conséquence.
• Ce texte nous rappelle aussi l’importance de l’eau dans la Bible et, par là, la signification de l’eau dans des textes comme Jn 4 !

3) Gn 27, 1 – 45 : La bénédiction volée.
1) Qui sont les personnages de ce récit ? Que font-ils ? Que disent-ils ?
2) Relever dans ce texte les expressions qui reviennent plusieurs fois. Quelle est pour vous
la signification de ce récit ?
3) Que pouvons-nous en retenir ?

Question 1
• Isaac : il est vieux, se sent proche de la mort (v. 1-2. 4. 7. 10) ; il est presque aveugle ; il veut bénir son fils aîné avant de mourir. Il découvre trop tard la ruse de Jacob (v. 33) et il reconnaît alors qu’il ne peut changer la bénédiction qu’il lui a accordée (v. 37-38).
• Rebecca : elle surprend la conversation entre Isaac et Esaü (v. 5) ; à cause de sa préférence pour Jacob (cf. Gn 25, 28, cité en marge dans BJ), elle veut que la bénédiction soit donnée à celui-ci et elle en prend les moyens (v. 11-17) ; de même, un peu plus tard, elle apprend le projet d’Esaü (v. 42-45) et elle envoie Jacob chez son frère Laban.
• Jacob : invité à prendre le rôle de son frère, il craint la malédiction (v. 12), mais rassuré par sa mère (v. 13), il fait ce qu’elle lui demande (v. 14-17). Face à son père, il ment (v. 18-21. 24) et reçoit ainsi la bénédiction réservée à l’aîné (v. 27-29). Il doit fuir la colère de son frère (v. 43-44).
• Esaü : il reçoit l’ordre de son père (v. 1-4) et il part pour l’accomplir (v. 5b). Revenu de sa chasse, il prépare le repas pour son père, mais c’est trop tard (v. 30-33) ; il a perdu la bénédiction, comme autrefois son droit d’aînesse (v. 36). Sur la signification des paroles que son père prononce sur lui (v. 39-40), lire la note BJ. Il décide alors de tuer son frère après la mort de son père (v. 41).

Question 2
• Lire les notes de BJ et TOB sur le titre de ce chapitre.
• Noter les répétitions du verbe « bénir » (15 fois) ; cf. aussi « bénédiction » (5 fois).
• Pour la signification de ces termes, lire en BJ les notes sur les v. 27 et 33 ; en TOB, voir les notes sur le v. 29 et 33 ; on peut encore consulter en BJ les notes sur Gn 9, 25 et 14, 19.
• Selon la Bible, Jacob est l’ancêtre des douze tribus qui formeront le peuple d’Israël, alors qu’Esaü est l’ancêtre des Edomites (Esaü = Edom), un peuple voisin et souvent ennemi d’Israël.
• Sur les relations entre ces deux peuples, cf. les paroles d’Isaac dans les v. 22- 29 et 39-40. Pour l’auteur du texte, la bénédiction du patriarche avant sa mort, annonce le destin futur des deux nations : cf. les notes de BJ sur les v. 27 et 40.

Question 3
• Ce récit biblique rappelle l’importance de la bénédiction. Etre béni (de Dieu) est source de vie, de prospérité.
• Le récit marque aussi la liberté de Dieu, qui peut passer même à travers le péché des hommes (cf. la fin de la note BJ sur le titre de Gn 27 ; lire aussi les références que vous trouvez à cet endroit).

4) Gn 28, 10 -22 : Le songe de Jacob

1) Replacer notre texte dans son contexte.
2) Ce texte porte les marques d’une longue histoire, mais quel est le contenu du
texte tel que nous le lisons aujourd’hui ?
3) Que pouvons-nous retenir de ce récit sur Dieu ? et sur Jacob ?

Question 1
• Ce texte peut être la suite de Gn 27, 45 (une tradition sacerdotale), mais dans le contexte actuel, il fait également suite à Gn 27, 46 – 28, 5.
• Ce texte marque le début du récit du voyage de Jacob qui s’étend jusqu’en Gn 35.

Question 2
• On remarque facilement dans ce texte des « aspérités » : ainsi la vision des anges (v. 12) et celle de Dieu (v. 13a) ; la promesse magnifique de Dieu (v. 13b-15) à comparer avec ce que dit Jacob dans les v. 16-17 et 20.
• Dans le texte tel que nous le lisons aujourd’hui, on peut distinguer 3 parties : le songe de Jacob (v. 11-12), la promesse de Dieu (v. 13-15) et la réaction de Jacob à son réveil (v. 16-22).
• Sur les v. 11-12 : noter la triple répétition du mot « lieu » au v. 11 ; ce même terme reviendra 3 fois dans les v. 16.17 et 19.
• La vision de « l’escalier » (cf. la note TOB sur v. 12) : il s’agit de la rampe d’accès à une tour à étage comme on en voyait en Mésopotamie ; les anges qui montent et descendent symbolisent le lien entre le ciel et la terre.
• Pour les v. 13b-15, lire les textes indiqués dans la marge de BJ. Comparer aussi avec la bénédiction paternelle de Gn 27, 27-29 : quelles remarques pouvez-vous faire ?
• Dans la réaction de Jacob (v. 16-22) : étonnement et peur ; cf. Ex 19, 12 + (cité en marge dans BJ) ; sur le rite que Jacob accomplit, cf. la note BJ et TOB sur v. 18 ainsi que le renvoi à Ex 23, 24 +.
• Les v. 20-22 contiennent une double promesse : construire un temple et payer la dîme (cf. note TOB sur v. 22) ; voir encore Am 4, 4 et la note de BJ sur ce verset.

Question 3
• Le Dieu des patriarches est le Dieu du clan (v. 13) ; il protège ses fidèles dans leurs migrations.
• Il est au ciel (au sommet de « l’escalier »), mais il s’intéresse à ce qui se passe sur la terre. Dieu se manifeste en un lieu (ici à Béthel), mais il n’est pas lié à un lieu.
• Ce récit attribue à Jacob la fondation du sanctuaire (cf. Gn 12, 8-9) qui deviendra le sanctuaire le plus important du Royaume du Nord (cf. 1 R 12, 29 et note BJ).

5) Gn 32, 23 – 33 : Le combat de Jacob

1) Situer ce texte dans le cycle de Jacob : quelle place tient ce récit ?
2) Que contient notre texte ? Comment est-il construit ?
3) Que pouvons-nous retenir de ce récit biblique ?

Question 1
• Après l’histoire de la naissance des deux enfants (Gn 25, 19ss), après le vol de la bénédiction paternelle (27, 1ss), qui l’oblige à partir chez Laban (28, 1ss), Jacob s’est marié (29, 15ss), il est devenu chef de famille et s’est enrichi. Maintenant il veut retourner dans son pays (30, 25ss).
• Devant l’attitude de Laban, Jacob prend la fuite avec ses femmes, ses enfants et tout ce qui lui appartient (31, 17ss).
• Rattrapé par Laban, il conclut avec lui un traité (31, 43ss) et continue son chemin vers son pays (32, 1ss) où il craint la rencontre avec son frère Esaü (32, 4ss).
• Jacob se trouve maintenant au bord du Yabboq qu’il doit franchir pour entrer dans la terre ; il va passer le gué et affronter son frère Esaü (33, 1ss).

Question 2
• Ce récit contient également des éléments anciens (cf. la note BJ sur 32, 23 – titre-) qui ont été retravaillés au cours des siècles de tradition (peut-être une vieille légende liée au danger que représente le passage du Yabboq).
• Notre texte comprend trois parties : une introduction (v. 23-24), le combat nocturne (v. 25-30) et les conséquences de cette lutte pour Jacob (v. 31-32).
• Jacob est resté seul sur la rive nord du Yabboq (v. 23-25)
• Le récit nous dévoile progressivement l’identité de l’inconnu que Jacob doit affronter : c’est tout d’abord un homme (v. 25b), mais qui a des pouvoirs mystérieux (v. 26). Jacob refuse de le lâcher avant qu’il ne l’ait béni (v. 27)
• L’inconnu change le nom de Jacob (sur la signification de ce fait, lire note TOB sur v. 28 ; en BJ voir Gn 17, 5 et la note) ; il lui accorde la bénédiction, mais il refuse de lui dévoiler son nom (cf. note TOB sur v. 30 ; en BJ voir le renvoi indiqué en marge à Jg 13, 17 +).
• Le v. 31 souligne le caractère exceptionnel de cette rencontre : cf. la note BJ sur ce verset et le renvoi (en marge) à Ex 33, 20 +.
• Sur le v. 33, lire la note BJ : c’est sans doute un tabou dont on ne connaît plus l’origine.

Question 3
• Ce combat de Jacob est déjà connu du prophète Osée : Os 12, 4 – 6 (vers 750) ; ce récit aura un grand retentissement dans la tradition (spirituelle et artistique) ; cf. la note TOB sur le titre.
• Ici Jacob lutte pour obtenir la bénédiction : une longue lutte jusqu’au lever de l’aurore (v. 25 ; cf. note sur v. 30). Le patriarche reste marqué par cette rencontre avec Dieu (v. 32 et note TOB).
• Sur le changement de nom (Jacob-Israël), cf. la fin de la note de BJ sur v. 29).

6) Gn 35, 1 – 15 : Jacob à Béthel

1) Situer ce passage dans son contexte.
2) De quoi parlent les v. 1-15 de ce chapitre ?
3) Que pouvons-nous retenir ?

Question 1
• Ce récit est en lien avec Gn 28, 10-22 et le voeu que Jacob avait fait quand il fuyait son frère Esaü.
• Mais il est également – et encore plus directement – relié à Gn 34 : après la vengeance de Siméon et Lévi, suite au viol de Dina (Gn 34, 25-28), Jacob doit prendre la fuite (Gn 34, 30 ; cf. 35, 5).
• Après les versets que nous étudions, le chapitre de Gn 35 contient encore quelques éléments de l’histoire de Jacob : la naissance de Benjamin et la mort de Rachel (v. 16-20), la liste des douze fils, qui deviendront les douze tribus (v. 22b-26) et enfin l’arrivée à Mambré et la mort d’Isaac, enseveli par Jacob et Esaü (réconciliés ?).

Question 2
• Sur ce passage, voir la note de TOB sur Gn 35, 1.
• Il y a d’abord un ordre de Dieu à Jacob : il doit monter de Sichem à Béthel et accomplir le voeu qu’il avait fait (en Gn 28, 22).
• Pour les v. 2-5 : lire la note de BJ sur v. 2 ; on peut comparer ce que Jacob demande ici à sa famille avec ce que Josué demandera au peuple entré dans la terre (cf. les références données ici en marge par la TOB) ; voir spécialement Jos 24).
• Sur la purification demandée (v.2), lire la note BJ ; mais il est surtout question d’abandonner tous les dieux étrangers (v. 4 et note TOB), ce qui leur vaut la protection divine (v. 5 et note TOB).
• Les v. 6-7 racontent l’exécution de l’ordre de Dieu reçu au v. 1.
• Le v. 8 mentionne la mort de Débora, la nourrice de Rebecca (cf. Gn 24, 59) et explique ainsi le nom d’un lieu.
• Les v. 9-10 forment un doublet avec Gn 32, 29.
• De même dans les v. 11-13 nous retrouvons une bénédiction concernant la postérité et le don de la terre. Cf. encore la note TOB sur le v. 13 et le renvoi à Gn 17, 22.
• Pour les v. 14-15 : comparer avec Gn 28, 18-19 ; cf. la note TOB sur Gn 35, 14.

Question 3

• Ce chapitre montre, une fois de plus, l’importance accordée à Béthel et à son sanctuaire par son rattachement à Jacob.
• La tradition de Sichem comme le lieu du choix exclusif de Dieu et le rejet de toutes les idoles.
• Sur la signification du nom El-Shaddaï, lire la note signalée en BJ sur Gn 17, 1 +

7) Gn 37, 2 – 36 : Joseph et ses frères

1) De quoi parle ce chapitre ? Comment peut-on diviser ces versets ? Qui intervient dans ce récit ? Où se passe cette scène ?
2) Qu’est-ce que récit nous apprend sur Joseph ? et sur ses frères ?
3) Que nous apporte ce texte biblique ?

Question 1

• Il est question de Joseph et de ses frères, de leurs relations et des conséquences. Sur ce récit, voir les notes BJ sur le titre et sur 37, 12). Voir aussi la note TOB sur Gn 37 (titre).
• On peut y voir trois parties : les causes du drame (v. 2-11) ; Joseph vendu par ses frères (v. 12 – 29) ; la nouvelle rapportée au père (v. 31 – 35).
• Le personnage principal est évidemment Joseph : en face de lui, nous trouvons ses frères (ce terme revient presque 20 fois dans ces versets) et leur père, appelé Israël (v. 3 et 13) et Jacob (v. 34).
• Les Madianites / Ismaélites (v. 25. 28 et 36) ont un rôle très secondaire.
• Parmi les frères, deux ont une place particulière : Ruben, l’aîné dans les v. 21-22 et 2 (cf. Gn 35, 23) et Juda dans le v. 26.
• La scène commence et se termine « à la maison » où se trouvent réunis Israël et ses fils (v. 2-11 ; v. 32-35) ; mais elle se déroule surtout dans la campagne où paissent les troupeaux : deux noms sont cités : Sichem (v. 12.13.14) et Dotân (v. 17 et note TOB).

Question 2

• Joseph est le préféré de son père (v. 3) ; celui-ci lui a fait faire une tunique ornée (v. 3. 23. 32) ; à cause de cette préférence, il est haï par ses frères (v. 4).
• Joseph a des songes (v. 5 ; cf. note BJ ; v. 9) dont le récit et l’interprétation aggravent encore l’inimitié que lui vouent ses frères (v. 8 et 11 ; cf. v. 19-20).
• Envoyé vers ses frères pour prendre de leurs nouvelles, il obéit (v. 13). Mais il sera mal accueilli par ses frères (v. 18-19), dépouillé de sa tunique et jeté dans une citerne asséchée (v. 23-24), puis finalement vendu pour vingt sicles d’argent et emmené en Egypte ( v. 28).
• Les frères sont jaloux de Joseph (v. 3 – 7) ; leur haine grandit encore à cause des songes (v. 8. 10-11) ; ils sont prêts à le tuer (v. 20), mais décident finalement de le vendre (v. 27-28 ; ils donnent enfin un rapport mensonger à leur père (v. 31-32).
• Noter plus particulièrement le v. 25a (après ce qui vient d’être raconté !) ainsi que la fin du v. 32 : « regarde si ce ne serait pas la tunique de ton fils ».

Question 3
• Relire les premières phrases de la note BJ donnée sur le titre (Histoire de Joseph).
• Remarquer la tension entre la haine que les frères ont pour Joseph et la force des liens du sang (v. 21. 26-27 ; cf. la note TOB sur v. 26).

8) Gn 42, 1 38 : La première rencontre de Joseph avec ses frères

1) Situer ce texte dans l’histoire de Joseph.
2) Que contient ce passage ? Suivre le fil du récit.
3) Que penser du comportement de Joseph ? et de celui des frères ?

Question 1• Après Gn 37, l’histoire de Joseph continue en Gn 39 (cf. la note de BJ sur le titre).
• Emmené en Egypte, Joseph est vendu à Potiphar ; mais « il est assisté par le Seigneur » ; il devient ainsi majordome de Potiphar (39, 4) et il lui apporte la bénédiction de Dieu. Faussement accusé par la femme de Potiphar (39, 7-18), il est jeté en prison (39, 19-20).
• Mais Dieu l’assiste toujours (39, 21) ; il gagne la confiance du geôlier chef (39, 22-23).
• Gn 40 nous raconte les songes de deux officiers de Pharaon et l’interprétation qu’en donne Joseph et qui se réalise. En Gn 41, c’est le Pharaon qui a des songes qui le troublent ; devant l’incapacité des magiciens à donner une interprétation, l’officier – à qui Joseph avait indiqué la signification de son rêve – se souvient de cet « Hébreu » (41, 9-13).
• Joseph interprète alors les songes (41, 25-32) et invite Pharaon à choisir « un homme sage et intelligent » pour faire face à la situation (41, 33-36). Pharaon choisit alors Joseph, qui devient le second sur tout le pays d’Egypte (41, 37-45). Il prend des mesures adéquates pour affronter les années de disette annoncées par les songes (41, 46-49). La famine concerne également les pays voisins (41, 56-57), ce qui va provoquer la rencontre de Joseph avec ses frères (Gn 42).

Question 2• Deux parties : le voyage des frères en Egypte (v. 1-24) et leur retour en Canaan (v. 25-38).
• Jacob envoie les dix frères pour acheter du grain (v. 1-4) ; ils sont reconnus par Joseph (v. 5-7) et accusés d’être des espions (v. 8-12). Ils parlent alors de leur famille, ce qui permet à Joseph de les mettre à l’épreuve (v. 13-17 ; cf. encore note TOB sur v. 16 et le v. 18.
• Il les renvoie, retenant Siméon et exigeant qu’ils lui amènent le plus jeune frère (v. 18-20).
• Dans leur situation difficile, ils se souviennent de leur crime d’autrefois (v. 21-22).
• Au retour, à la première halte, ils découvrent l’argent remis dans un sac et prennent peur (v. 25-28 et notes BJ et TOB sur v. 28). Revenus chez leur père, ils racontent leur rencontre avec « l’homme qui est seigneur du pays » (v. 29-34) ; ouvrant alors leurs sacs, ils trouvent chacun leur bourse d’argent, ce qui provoque encore leur peur et celle de leur père (v. 35-36), qui cependant refuse de laisser partir Benjamin, malgré les paroles de Ruben (v. 37-38 et note TOB sur v. 38).

Question 3
• Joseph les reconnaît mais il feint de leur être étranger ; il les traite durement (v. 7. 9-12).
• Il exige la présence de Benjamin pour vérifier leurs paroles (v. 16) et les met en prison pour trois jours (v. 17). Parce qu’il « craint Dieu » (v. 18), il leur permet de rentrer chez eux, mais garde un d’eux en otage (v. 18-19). Devant leur début de repentir, il s’écarte et pleure (v. 24). En remettant l’argent dans leurs sacs, Joseph les met à l’épreuve (cf. v. 28).
• Les frères se prosternent devant Joseph (v. 6 ; cf. le renvoi à Gn 37, 5-11 en marge du v. 8).
• Dans les v. 21-22, les frères parlent de leur faute passée et y reconnaissent la cause de leur malheur actuel.

9) Gn 43, 1 à 45, 15 : La seconde rencontre et la reconnaissance

1) Lire ce (long) texte) et repérer les étapes du récit,
2) Qui sont les personnages mis en valeur dans ce texte ? Qu’apprenons-nous d’eux ?
3) Que pouvons-nous retenir de ce texte, en particulier, sur Dieu ?

Question 1• Sur tout ce récit, lire la note de TOB sur Gn 43, 1 (titre). Les provisions du premier voyage sont épuisées, il faut retourner en Egypte (43, 1-2), mais il ne peut être question d’y aller sans emmener Benjamin (43, 3-10) ; le père finit par céder (43, 11-14).
• A leur arrivée, les onze frères sont conduits à la maison de Joseph (43, 15-17) ; ils ont peur mais sont rassurés (43, 18-23) ; ils sont invités à un repas en présence de Joseph et Benjamin est particulièrement honoré (43, 24-34 ; cf. note TOB sur v. 34).
• Avant leur départ, Joseph fait placer sa coupe dans le sac de Benjamin ; rattrapés et accusés de vol, ils protestent de leur innocence mais la coupe est retrouvée dans le sac de Benjamin qui doit ainsi devenir l’esclave de Joseph (44, 1-17). Juda – qui s’était porté garant de son jeune frère, cf. 43, 8-9, – demande de pouvoir rester à sa place (44, 18-34)
• Joseph se fait alors reconnaître (45, 1-4), les rassurent (45, 5-8) et les envoient porter la bonne nouvelle à leur père en l’invitant à descendre en Egypte (45, 9-15).

Question 2• Dans ce récit, c’est Juda qui tient un rôle particulier (et non Ruben) : 43, 3. 8 ; 44, 14. 18. C’est lui qui intervient auprès du père pour qu’il laisse partir Benjamin (43, 1-10) ; c’est lui qui plaide auprès de Joseph et s’offre pour prendre la place de Benjamin (44, 18ss).
• Les frères – mentionnés en groupe – obéissent à leur père (43, 15) ; ils se présentent devant Joseph (43, 16) ; ils ont peur (43, 18) et veulent se justifier (43, 19-22) ; ils offrent à Joseph le présent qu’ils ont apporté (43, 26) et se prosternent devant lui (v. 26 et 28), puis ils participent au festin (43, 34).
• Dans le ch. 44, ils se montrent coopératifs (v. 7-11), puis solidaires dans leur malheur (v. 13 ; cf. v. 16). Au ch. 45, ils sont bouleversés quand Joseph se fait reconnaître (v. 3 et note BJ).
• Joseph fait préparer pour ses frères un grand repas (cf. la note TOB sur 43, 15 – titre-) ; il les salue amicalement et s’informe de la santé de leur vieux père (43, 27) ; il marque sa préférence pour Benjamin (43, 3. 29-30. 34 ; cf. encore 45, 14). En Gn 44, Joseph met ses frères à l’épreuve : vont-ils se montrer solidaires de Benjamin ? A la suite de cette épreuve, il se fait reconnaître (54, 3-4 et 14-15). Noter tout particulièrement Gn 45, 4-8 (cf. note BJ sur v. 5 et le renvoi à Gn 50, 20).
• Sur le père – appelé ici Israël : Gn 43, 6. 8. 11 ; cf. 45, 21) – le texte souligne l’attachement particulier pour Benjamin : 43, 6 ; cf. 44, 20-31).

Question 3• L’humble soumission du vieux père en Gn 43, 13-14.
• Ce que dit Juda en Gn 44, 16 ; cf. les notes BJ et TOB sur v. 16.
• Noter tout particulièrement la place de Dieu dans ce qui est arrivé à Joseph : Gn 45, 5-8 (trois fois, Joseph reconnaît : Dieu m’a envoyé …).Lire la note BJ sur Gn 45, 5.