SERMON SUR LA MONTAGNE

chemin4Des cinq grands discours qui structurent l’Évangile selon saint Matthieu, le premier est de beaucoup le plus connu : au début de son ministère, Jésus gravit la montagne et là, comme un maître, il donne son enseignement à tous ceux qui veulent l’écouter.
La solennité du cadre et du ton souligne l’importance que l’Évangéliste reconnaît à ces paroles de Jésus.
Comme l’a bien exprimé J. JEREMIAS (dans une petite étude très riche “Paroles de Jésus”, coll. Foi Vivante no 7), le Sermon sur la Montagne est un catéchisme, “il entend montrer aux néophyte (…) comment doit désormais se présenter leur vie.”

C’est pourquoi, bien que placées au début de l’Évangile selon saint Matthieu, ces paroles de Jésus sont un enseignement donné aux disciples et non une première annonce du salut. Interprète authentique de la volonté d’un Dieu qu’il nous révèle comme Père, Jésus invite ceux qui le suivent à faire l’expérience de la vie nouvelle dont il nous a ouvert l’accès par sa mort et sa résurrection.

La comparaison entre le Sermon sur la Montagne (Mt 5-7) et le Discours dans la Plaine (Lc 6, 20-49) nous montre que cet enseignement de Jésus avait déjà été rassemblé et organisé par la tradition apostolique antérieure aux Évangiles.
Mais cette comparaison nous permet également de prendre conscience de tout le travail de Matthieu et de Luc pour présenter ce message de Jésus d’une manière qui réponde aux besoins des communautés auxquelles ils s’adressaient.

*
* *

Le travail proposé ici suit d’abord le texte de Matthieu (études 1 à 10); puis 4 études (11 à 14) seront consacrées au texte de Luc. Les divisions tentent de respecter le plus possible la construction des deux textes. Mais il est évident que sur ce point, aucune présentation ne peut prétendre à l’exclusivité.

Il reste à espérer et à souhaiter que ce parcours, tel qu’il se présente, puisse aider quelques groupes à relire et à approfondir cet enseignement de Jésus, lui qui est le “seul Maître” (cf. Mt 23, 10).

La démarche proposée dans ces fiches

Ce dossier est conçu avant tout pour un travail en groupe. Il comprend deux sortes de fiches :
celles pour les participants donnant la référence des textes à étudier et quelques réflexions pour guider la lecture.

celles pour l’animateur qui indiquent quelques pistes possibles, mais nullement limitatives. Elles voudraient aider les animateurs à tirer profit des explications données dans les notes de leur Bible (BJ et/ou TOB).
Il est peut-être bon de rappeler ici que le travail biblique est plus large que la démarche proposée dans ces fiches. Il comprend normalement trois temps successifs :

1) l’approche subjective du texte : même si ce n’est pas la première fois que l’on lit ce texte, il faudrait l’aborder avec un regard neuf, se laisser surprendre par le texte. Crayon en main, on pourrait noter ce qui me frappe, ce qui me heurte, ce qui me plaît dans ce passage de la Bible. Relever également ce qui fait difficulté (ce que je ne comprends pas) et ce que je découvre.

Il est bon de fixer par écrit ces premières réactions pour pouvoir y revenir éventuellement après avoir écouté le texte.

2) l’étude du texte : se mettre vraiment en situation de dialogue avec le texte, c’est-à-dire rechercher ce que ce texte dit, le message que l’auteur a voulu exprimer et qu’il a dit dans le langage de son époque.

Les questions proposées ne voudraient que conduire au texte et faire découvrir au lecteur (et au groupe) le message de ce passage biblique. Il est bien évident que la richesse d’un texte n’est pas épuisée par les quelques questions données et par les pistes suggérées ici à l’animateur. Mais peut-être permettront-elles d’amorcer la réflexion. Tel est en tout cas leur objectif.

3) L’appropriation : le texte qui a été écouté, étudié est la Parole de Dieu. Aussi après avoir cherché à comprendre ce que le texte dit, faut-il se demander ce que ce texte me (nous) dit ou, en d’autres mots, s’interroger sur le message que Dieu veut m’adresser aujourd’hui à travers ce texte.

Pour ce faire, il peut être utile de chercher à formuler avec nos mots, dans notre situation d’aujourd’hui, personnelle ou ecclésiale, la Parole que cette lecture et le partage avec le groupe nous a fait découvrir.
L’appropriation devrait conduire naturellement à la prière et à l’action.

1. – Mt 4, 12-25 : Une lumière en Galilée

Comme l’ensemble de la tradition évangélique (cf. Ac 10. 37ss), Matthieu situe le ministère de Jésus par rapport à celui de Jean-Baptiste. Jésus reprend le message du Baptiste (cf. Mt 3, 2), mais désormais, avec lui, cette parole s’accomplit.

1) Mt consacre plusieurs versets pour situer le ministère de Jésus : pourquoi cette insistance ?
2) Comment nous parle-t-il du ministère de Jésus dans les v. 17-25 ? Comment comprendre
la proclamation de Jésus ? Et les versets 23-25 ?
3) Qu’est-ce qui vous paraît important dans les versets 18-22 ?

Question 1

• Remarquer la formulation de Mt dans les v. 12-13 : cf. les notes de TOB.
• Pour l’Évangéliste, ce choix de Jésus accomplit la parole d’Isaïe : rechercher de quoi parlait le prophète huit siècles plus tôt et comment Jésus réalise l’espérance du prophète.
• Sur la signification de la Galilée pour Mt, voir la note TOB sur le v. 14; remarquer encore les mentions de la Galilée dans les v. 12. 15. 18. 23. 25.

Question 2

• Sur la formule d’introduction (v. 17), voir la note TOB; en Mt 16, 21, la même formule introduira la révélation du Messie souffrant.
• Noter dans ce texte l’initiative de Jésus, son autorité, son pouvoir.
• Selon Mt, la proclamation de Jésus est la même que celle de Jean-Baptiste en 3, 2 ; pour la signification des mots, se reporter à Mt 3, 2 et aux notes BJ et TOB sur ce verset.
• Dans les v. 23-25 l’annonce de la Bonne Nouvelle est confirmée par des actes de Jésus (cf les notes BJ et TOB); remarquer l’insistance de Mt : toutes… tous… (cf la note TOB sur le v. 23).

Question 3

• Il y a deux récits de vocation avec le même schéma, qui met en lumière l’autorité de la parole de Jésus : comparer avec 1 R 19, 19ss.
• Dès le départ, Jésus veut avoir des collaborateurs : v. 19 et note TOB; nous avons ainsi les 4 premiers apôtres (4 est le symbole de l’universalité); Simon reçoit déjà ici le nom de Pierre (cf. Mt 16, 17-18).
• Sur la signification du verbe “suivre” : voir la note de TOB sur le v. 20.

Pour continuer la réflexion

Où est la “Galilée” aujourd’hui ?
Comment vivre l’appel à la conversion pour le Royaume ?

2. – Mt 5, 1-10 : La Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres

“Heureux les pauvres… heureux ceux qui pleurent, ceux qui ont faim…”
Ressentons-nous encore le ton provocateur de ces paroles de Jésus ? Comment pouvons-nous les redire aujourd’hui ?

1) Comment Mt introduit-il le discours de Jésus ? Quelle image nous donne-t-il ainsi de
Jésus ? A qui Jésus s’adresse-t-il ?
2) Que signifie “Heureux ceux qui…” ? En quoi Jésus renouvelle-t-il cette formule tradition-
nelle ? Comment Mt a-t-il regroupé les Béatitudes ?
3) Expliquer “pauvres de coeur” ? Choisir 2 ou 3 Béatitudes et les rapprocher d’autres passa-
ges bibliques : par ex. les v. 4. 7. 8.

Question 1

• Noter la solennité des v. 1-2 : le Fils de Dieu (cf. Mt 1-2) va maintenant donner son Évangile à Israël; c’est le début du discours inaugural (cf. Mt 5, 1 et la note BJ qui propose une division de tout le Sermon sur la Montagne).
• Comme Moïse (Ex 19, 3. 12; 24, 15. 18…) Jésus monte sur la montagne : rappel des événements qui ont marqué la naissance du peuple. Maintenant , par Jésus Dieu parle et nous offre la charte de l’alliance nouvelle.
• Il y a deux cercles d’auditeurs : les foules et les disciples. Mais Jésus s’adresse à tous (cf. 7, 28-29); l’enseignement du Sermon sur la Montagne est donc valable pour tous ceux qui veulent le suivre.

Question 2

• Sur la signification de la formule, voir les notes de BJ et TOB sur le v. 3.
• Habituellement dans la tradition biblique, il y a un lien de cause à effet entre les deux parties de la formule (cf. par ex. Jr 17, 7-8). Pour Jésus, c’est la venue du Règne de Dieu qui rend heureux les hommes que l’on considère d’ordinaire comme malheureux.
• Sur la notion du Règne de Dieu, cf. Mt 4, 17 + (en TOB, la note sur Mt 3, 2).
• Remarquer l’inclusion entre 5, 3 et 5, 10 (le Royaume des cieux est à eux ) : pour Mt, les 8 premières Béatitudes forment un tout, réparti en 2 strophes (cf. le mot “justice” dans les v. 6 et 10); il s’agit de la justice (cf. la note TOB sur le v. 6) qui ouvre au Royaume.
• La 9ème Béatitude (v. 11) reprend la 8ème, mais en faisant l’application aux disciples : heureux êtes-vous…

Question 3

• Travailler sur le mot “pauvre” en utilisant la note BJ sur 5, 3, qui nous renvoie à So 2, 3 +; voyez-vous un lien entre cette notion de pauvreté et la plupart des Béatitudes ?
• Sur Mt 5, 4 : lire Mt 11, 29 et 21, 5; cf. aussi la note TOB sur le v. 4; pour Mt 5, 7, lire Mt 18, 21-35; cf. 6, 14-15; sur Mt 8 : voir la note TOB

Pour continuer la réflexion

Les Béatitudes sont pour Mt un rappel des dispositions intérieures qui doivent animer les disciples de Jésus. Prier sur ce texte.

3. – Mt 5, 11-20 : Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde

Après les Béatitudes qui nous donnent la charte du Royaume et avant les “antithèses” (v. 21-48), l’Évangéliste redit la mission des disciples : témoigner d’une fidélité plus grande que celle des scribes et des Pharisiens.

1) Pourquoi une seconde Béatitude des persécutés en 5, 11-12 ? Comparer ces versets avec
1 P 2, 12. 15: 3, 16; 4, 15 et avec 1 Co 10, 32.
2) Expliquer les images utilisées dans les v. 13-16.
3) Les v. 17-20 introduisent les antithèses des v. 21-48 : relever ce qui vous paraît le plus
significatif dans cette introduction et expliquer pourquoi.

Question 1

• Au point de vue littéraire, le dédoublement de cette Béatitude permet le passage de l’affirmation (plus générale) de “heureux ceux qui…” à “heureux vous… ( = les disciples) : cf. note TOB sur 5, 12.
• Par là est introduite la suite du Discours en “vous”.
• La comparaison avec la 1 P et 1 Co nous montre l’importance de ce thème dans le NT – il y a encore d’autres textes ! – ; la persécution est source de béatitude si elle est subie en tant que disciple de Jésus (à cause de moi ) et à cause de leur comportement chrétien.

Question 2

• Sur l’image du sel, voir la note TOB sur le v. 13.
• Pour la lumière, voir Jn 8, 12 + (spécialement la première partie de cette note de BJ); cf. aussi Mt 4, 16.
• Les deux images disent la mission des disciples pour la terre / le monde / les hommes : d’une manière négative (v. 11-12 : vous êtes le sel… ne perdez pas votre saveur ) puis positive (v. 14ss : vous êtes la lumière… brillez comme la ville sur la montagne, comme la lampe…)
• C’est par leurs bonnes oeuvres (v. 16) , c-à-d. par leur vie, que les disciples sont appelés à rendre témoignage pour que les hommes glorifient le Père; cf. 1 P 2, 15; 3, 1ss. 13-16.

Question 3

• Mt a réuni différentes paroles qui redisent sous des formes variées la même idée : le disciple de Jésus doit suivre la révélation de Dieu telle qu’elle s’est manifestée dans la Loi et les Prophètes.
• Leur fidélité doit être plus grande que celle des scribes et des Pharisiens (v. 20), comme nous le dira Jésus dans les v. 21ss.
• Les mots importants sont : accomplir : cf. les notes BJ et TOB sur 5, 17; mettre en pratique (faire) : v. 19 ; c’est un point sur lequel Mt insiste beaucoup : cf. la note TOB sur Mt 7, 24
• Sur la signification du mot justice : voir la note TOB sur le v. 20.

Pour continuer la réflexion

Comment être aujourd’hui “sel de la terre”, “lumière du monde” ?

4. – Mt 5, 21-32 : “Moi, je vous dis… “

Les “antithèses” forment un bloc important dans le Sermon sur la Montagne. On les divise ici en deux parties, comprenant chacune trois paroles de Jésus.

1) Quelle est la structure des deux premières “antithèses” ? Relever les formules qui revien-
nent dans ces versets ? Comment les comprendre ?
2) Que demandait la Loi ancienne au v. 21 ? Que demande Jésus ? En quoi veut-il accomplir
la Loi ?
3) Quel est l’enseignement des v. 27. 31-32 ? Et celui des v. 29-30 ?

Question 1

• Chaque antithèse est composée d’une référence à la Loi (Décalogue ou un autre Code de l’AT : cf. v. 21. 27), suivie d’une parole de Jésus (cf. v. 22. 28), puis viennent des exemples (cf. v. 23-25 et 29-30).
• La réponse énonce d’abord une donnée générale (“vous”, “quiconque”), suivie d’un passage en “tu” donnant des exemples de l’esprit dans lequel il faut pratiquer l’enseignement de Jésus (pas nécessairement à la lettre).
• Les formules :“vous avez appris… (note TOB sur v. 21), moi je vous dis… .“
• Il a été dit = Dieu a dit : l’usage du passif pour éviter le nom divin; cf. par ex, Rm 9, 12. 25; pour un juif, cette Parole était entendue lors de sa lecture solennelle à la synagogue : cf. 5, 21 +.
• Moi je vous dis : Jésus se présente comme l’interprète authentique de la volonté divine; cf. aussi 5, 17-20.

Question 2

• Ex 20, 13 (Décalogue) et Ex 21, 12 (Code de l’alliance) interdisent le meurtre délibéré (cf. note TOB sur v. 21) et le punissent de mort.
• Pour Jésus, la colère contre le frère est à l’origine de cette violence et elle relève du jugement de Dieu (au tribunal : voir note TOB).
• Il n’y a donc pas de progression de pensée dans le v. 22 (tribunal / Sanhédrin / Géhenne) : c’est le jugement de Dieu sous des formes différentes.
• Les v. 24-25 donnent deux exemples de la nouveauté apportée par Jésus : la réconciliation avec le frère passe avant le culte (cf Mt 9, 13) et elle est urgente (cf note TOB sur v. 25).

Question 3

• Dans le Décalogue et la Loi l’adultère était considéré comme une violation du droit de propriété (selon le droit juif, la femme appartient à son mari) : Ex 20, 14. 17. Pour Jésus, le désir (dans le coeur) a la même gravité; sur ce passage voir aussi la note TOB sur v. 28.
• Pour la parole concernant la répudiation (v. 31-32), voir les notes de TOB.
• Les v. 29-30 sont des exemples en “tu” qui invitent dans un style paradoxal à une rupture radicale à l’égard de toute occasion de péché.

Pour continuer la réflexion

Par ces antithèses Jésus nous appelle à une obéissance renouvelée à la Loi de Dieu : comment allons-nous répondre ?

5. – Mt 5, 33-48 : “Et moi je vous dis…” (suite)

Trois autres paroles de Jésus où il nous dit comment il vient accomplir la volonté de Dieu révélée dans l’Ancien Testament.

1) Que visait la Loi ancienne au sujet du serment ? Que demande Jésus ? Pourquoi ?
2) Qu’évoque pour nous la loi du talion ? Quel était le sens de cette loi dans l’AT ?
Comment Jésus veut-il l’accomplir ?
3) Comment comprendre Mt 5, 43 ? Une telle attitude est-elle possible ? Comparer
Mt 5, 45-48 avec Mt 5, 20 : que remarquez-vous ?

Question 1

• Le passage de la Loi cité par Jésus visait le parjure (cf. Ex 20, 7; Lv 19, 12) et l’obligation d’acquitter les serments (Nb 30, 3; Dt 23, 22)
• Dans l’AT, jurer par le nom du Seigneur était considéré comme un acte de piété (cf. Dt 6, 13; 10, 20); c’était une profession de foi. Mais on en était venu à multiplier les serments inutilement.
• Sur l’abus du serment et la casuistique pharisienne, voir Mt 23, 16-22 : on comprend mieux ainsi la réaction de Jésus.
• Sur la pensée de Jésus, voir la note TOB sur le v. 37; pour lui, la franchise dans le langage doit être telle que le recours au serment devient inutile : toute parole est prononcée devant Dieu.

Question 2

• “oeil pour oeil” est souvent cité comme un exemple de dureté; pourtant la loi du talion est une limitation de la vengeance : cf. Ex 21, 24 + et la note BJ qui nous renvoie à Gn 4, 23-24 +.
• Jésus demande de dépasser cette loi en renonçant à toute volonté de vengeance : cf. 5, 39 et les notes BJ et TOB.
• Les trois exemples veulent illustrer l’esprit qui anime le disciple : cf. aussi Rm 12, 19. 21 (en marge dans BJ).

Question 3

• Sur l’amour du prochain, voir Lv 19, 11-18. Pour Lv, le prochain est le compatriote, celui qui a le même pays, la même religion.
• La haine de l’ennemi n’est pas demandée dans la Loi, mais elle se rencontrait dans certains groupes juifs; voir les notes BJ et TOB sur 5, 43.
• La BJ nous indique en marge Lc 23, 34 et Ac 7, 60 : l’exemple de Jésus et d’ Etienne.
• La comparaison de 5, 20 avec 5, 45-48 nous montre que Mt a encadré les 6 antithèses par deux paroles : la “justice” du disciple doit surpasser celle des Pharisiens et elle doit chercher à imiter celle du Père (cf. v. 45. 48; 1 P 1, 16). Elle doit devenir celle d’un fils, comme celle de Jésus.

Pour continuer la réflexion

Devenir fils du Père qui est dans les cieux (v. 45) : c’est là tout un programme ! Laquelle parmi ces “antithèses” m’apparaît davantage comme un défi ?

6. – Mt 6, 1-6 et 16-18 : Ton Père voit dans le secret

La “justice” dont parle Jésus dépasse celle des scribes et des Pharisiens. Jésus nous en donne ici une nouvelle illustration.

1) Pourquoi l’Évangéliste a-t-il ainsi regroupé ces paroles ? Sur quoi insiste Jésus (relever des
formules qui reviennent) ?
2) L’aumône est souvent recommandée dans les derniers livres de l’AT (cf. Tb 4, 7-11;
Si 3, 30-4,10; 12, 1-7) : Jésus apporte-t-il du nouveau ?
3) Comparer la parole sur le jeûne avec Is 58, 3 : que demande Jésus ?

Question 1

• Sur le groupement de Mt, voir Mt 6, 1 et les notes BJ et TOB; cf aussi la note sur l’introduction au Sermon en BJ (Mt 5, 1 +).
• Pratiquer la justice se traduit dans des actes (cf. note TOB sur 6, 1) : Jésus ne demande pas de faire plus, mais de faire autrement dans ces trois pratiques fondamentales du judaïsme. Mais son choix n’est pas limitatif.
• Après l’énoncé général (6, 1), nous lisons 3 formules semblables (négatives puis positives) : ne pas faire pour être vu des hommes, mais se placer sous le regard du Père.
• Sur le mot “hypocrite”, voir note TOB; comparer avec Lc 18, 9-14, où l’on retrouve la prière, le jeûne et l’aumône.

Question 2

• Ces textes – et d’autres de l’AT- témoignent de l’importance reconnue à l’aumône dans le judaïsme; noter aussi les limites : par ex. en Si 12, 1-7.
• Jésus reprend donc l’enseignement AT, mais invite à une attitude dégagée de toute recherche de soi (v. 3).
• Surtout il demande au disciple de se situer en vérité devant Dieu, le Père (votre/ton Père). Noter la fréquence de ce titre donné à Dieu dans le Sermon et particulièrement dans cette section (6, 1-18).

Question 3

• Voir note BJ sur Is 58, 3; sur la multiplication des jeûnes, cf. Mc 3, 18 et parallèles; Lc 18, 12. Voir aussi la note TOB sur 6, 16.
• Sur l’enseignement des Prophètes concernant le jeûne, voir la note BJ sur Is 58, 1 (titre) et 58, 5-7.
• Jésus vise toujours une attitude juste devant le Père et dans le coeur de l’homme: telle est la justice qui ouvre au Royaume.

Pour continuer la réflexion

Ces paroles de Jésus nous appellent à une pureté d’intention toujours plus grande dans notre comportement de disciple. Comment pourrions-nous les traduire dans notre vie aujourd’hui ?

7. – Mt 6, 7-15 : Vous donc priez ainsi…

L’Évangéliste a voulu compléter l’enseignement sur la prière en nous donnant ici le texte de la prière chrétienne par excellence.

1) Quels enseignements sur la prière Mt a-t-il groupés autour du Notre Père ? Sur quoi
insiste-t-il ?
2) Qu’est-ce qui est caractéristique dans la prière enseignée par Jésus ? Comment est cons-
truite cette prière ?
3) Expliquer certains mots du Notre Père en vous servant des notes de la BJ et surtout celle
de la TOB.

Question 1

• Voir les notes de BJ et TOB sur Mt 6, 5.
• Les v. 5-6 insistent sur l’intention qui doit guider la prière : pas d’ostentation comme les “hypocrites”, mais la recherche du Père.
• Dans les v. 7-8 : ne pas prier comme les païens qui pensent “fatiguer les dieux” par le rabâchage (cf. notes TOB sur v. 7); le disciple sait qu’il s’adresse à un Dieu qui est Père.
• Les v. 14-15 rappellent l’exigence du pardon; c’est le seul point du Pater qui est ici commenté; cf. encore Mt 18, 21-35). Voir en BJ les références sur v. 15.

Question 2

• Voir les notes de BJ et TOB sur le v. 9. Proche des prières juives (comme les “18 Bénédictions”, par ex.) le Notre Père devait pourtant frapper par sa simplicité et par sa liberté.
• Il comprend deux parties : une triple demande de la venue du Règne de Dieu (mais sans aucune connotation politique ou nationaliste) : v. 9-10; puis les demandes concernant les besoins essentiels du disciple (v. 11-13).
• Noter l’emploi de la première personne du pluriel dans la seconde partie de la prière ainsi que dans l’invocation (Notre Père) : c’est une prière communautaire.
• Lc 11, 2-4 nous en donne une forme plus courte. Jésus n’a pas voulu nous enseigner une formule de prière, mais un esprit dans lequel il faut prier.

Question 3

• Notre Père qui est aux cieux : affirmation de la grandeur, transcendance de Dieu et de sa proximité révélée en Jésus (note TOB sur v. 9)
• Dans la triple demande du Règne, l’emploi du passif évite de nommer Dieu qui est le sujet : lui seul peut sanctifier son Nom(cf. Ez 20, 41; 36, 23), faire venir son Règne (cf. Is 52, 5-9) : voir les notes TOB sur ces mots.
• Ta volonté soit faite : note TOB; cf aussi Mt 18, 14; Ep 1, 9s.
• Sur le pain quotidien : notes et références en BJ et TOB; sur le pardon : note TOB; sur le v. 13 : voir Jn 17, 11.15.

Pour continuer la réflexion

Comme nous le rappellent les premiers mots, c’est en fils, par l’esprit du Fils (cf. Ga 4, 6) que nous pouvons dire cette prière : prions-nous ainsi ?

8. – Mt 6, 19-34 : Chercher le Royaume et sa justice

Comment un disciple de Jésus doit-il se situer face aux biens ? Quelle doit être sa préoccupation première ? Où est son trésor ?

1) Quel lien voyez-vous entre les paroles de Jésus regroupées ici et ce qui précède ? Y a-t-il
quelque chose qui justifie ce regroupement ?
2) Expliquer les trois premières paroles (19-21; 22-23; 24) en utilisant les références margi-
nales sur ces versets.
3) Dans les v. 25-34 quel est le mot qui revient le plus souvent ? A quoi est-il opposé ? Quel
enseignement Jésus nous donne-t-il par là ?

Question 1

• Toutes ces paroles se lisent aussi chez Lc mais se trouvent dans des contextes différents : cf. les références marginales en BJ et TOB.
• Après les mises en garde de Mt 5, 20 et 6, 1 (les travers des scribes et des Pharisiens), ces versets disent quelle doit être la vie du disciple.
• Comme idée directrice qui rassemble les différentes paroles : il faut amasser un trésor dans le ciel (19-21) perçu seulement par l’oeil sain (22-23), ce qui demande un attachement total à Dieu (24) : c’est cela chercher le Règne (25s).

Question 2

• Remarquer que chacune de ces paroles est construite sur une opposition (trésor sur la terre ou dans le ciel; oeil sain ou malade; Dieu ou l’argent).
• Sur les v. 19-21 lire Jc 5, 2-3 et Col 3, 1-2.
• Sur les v. 22-23, voir les notes de BJ et TOB concernant l’oeil sain; on peut rapprocher cette parole de Mt 5, 8 et note TOB.
• Le v. 24 dénonce le danger de l’argent; il peut devenir une idole (note TOB) et prendre la place due à Dieu. BJ cite en marge Mt 5, 3-4; 19, 21-26.

Question 3

• Le mot inquiéter revient 6 fois; le thème est donné au v. 25 appuyé par la motivation (la vie est plus que la nourriture…); suivent deux illustrations (oiseaux /nourriture; lys / vêtement).
• Au v. 31 : reprise du thème avec une nouvelle motivation : une telle inquiétude trahirait une méconnaissance de Dieu (païens).
• Enfin Jésus oppose à cette inquiétude pour les biens matériels la recherche de Dieu et de sa justice : sur ce thème, voir Am 5, 4 +.
• Sur l’enseignement donné par Jésus, voir note TOB sur v. 25 : la révélation de Dieu comme notre Père doit libérer nos forces pour la recherche de la “justice” (cf. note TOB sur Mt 5, 20).

Pour continuer la réflexion

Où est notre trésor ? Croyons-nous assez à l’amour du Père pour nous, ou bien sommes-nous des “gens de peu de foi” (v. 30) ?

9. – Mt 7, 1-12 : Voilà la Loi et les Prophètes

Avant d’arriver à la conclusion du Discours, l’Évangéliste nous donne encore quelques paroles de Jésus qui ont trait principalement au comportement à l’égard des autres.

1) Quel est le sens de la parole sur le jugement (v. 1-5) ? Voyez-vous un lien avec Mt 5, 7 et
et 6, 12 ? Comment comprendre le v. 6 ?
2) Comment est construit le passage sur la prière (v. 7-11) ? Relever ce qui semble intéressant.
Sur quoi se fonde cette prière du disciple ?
3) Comparer Tb 4, 15 avec Mt 7, 12 : qu’est-ce qui est nouveau dans la parole de Jésus ?
Quelle importance Mt donne-t-il à cette parole ?

Question 1

• Ne jugez pas = ne condamnez pas : voir la note TOB; c. aussi 1 Co 5, 3. 12; pour ne pas être jugé ( = par Dieu : passif “théologique”).
• Lire la note BJ sur 7, 1; cette mise en garde est illustrée par les v. 3-5.
• Voir les références marginales de BJ et TOB : elles témoignent de l’importance de cette parole de Jésus dans l’enseignement apostolique.
• On peut rapprocher cette parole de la Béatitude des miséricordieux, comme en Mt 6, 19-21 et Mt 5, 3-4.
• Sur le v. 6, voir note TOB : les disciples ne doivent pas juger (les autres), mais ils ne doivent pas non plus manquer de discernement en proposant sans préparation la révélation apportée par Jésus. L’Eglise a appliqué parfois cette recommandation à l’Eucharistie et au Notre Père.

Question 2

• Le thème est énoncé en deux formules parallèles (v. 7-8); suivent deux illustrations (9-10), puis la conclusion (raisonnement a fortiori).
• On donnera / ouvrira : litt. sera donné / ouvert (par Dieu); ainsi dès le début, il s’agit bien de prière. Le pain et le poisson forment la base de l’alimentation en Palestine (cf. les autres mentions dans les Évangiles).
• Le rapport père / fils, dans les deux illustrations, prépare la conclusion (v. 11) : la révélation de Dieu comme Père est le fondement de notre prière.
• BJ et TOB donnent en marge plusieurs références : profitez-en.

• Question 3

• Voir les notes de BJ et TOB sur ce verset. Pour Jésus, c’est l’accomplissement de la Loi et des Prophètes ( et donc de la révélation donnée par Dieu) cf. Mt 5, 17 et 22, 40.
• En Mt, “la Loi et les Prophètes” forment une inclusion (Mt 5, 17 et 7, 12) qui encadre toute la partie centrale du Sermon sur la Montagne.

Pour continuer la réflexion

Réfléchir à partir de Mt 7, 12 : qu’attendons-nous des autres ? Sommes-nous disposés à faire le premier pas ? Lire Rm 13, 8.10 (cité en marge par TOB).

10. – Mt 7, 13-28 : Écouter la Parole et la mettre en pratique

Deux chemins, deux arbres, deux maisons : trois paraboles qui redisent chacune à sa manière le choix proposé à l’auditeur / lecteur au terme du Sermon sur la Montagne, s’il veut entrer dans le Royaume.

1) Expliquer l’image des deux voies : qu’évoquait-elle pour les auditeurs ?
2) Quel est l’enseignement des v. 15-20 ? Quelle mise en garde est ici répétée ? Qu’ajoutent
les v. 21-23 ?
3) Les v. 24-27 forment la conclusion de tout le Sermon : sur quoi insiste ici l’Evangéliste ?

Question 1

• Noter les oppositions : porte large, chemin spacieux / porte étroite, chemin resserré; beaucoup / peu; qui mène à la perdition / qui conduit à la vie. Et l’appel de Jésus : “Entrez par la porte étroite !”
• Sur cette image (voie = manière de vivre) voir les notes de BJ et TOB; lire aussi Dt 30, 15-20 et le Ps 1.
• Ce qui importe pour un chemin, c’est de savoir où il conduit; cf. aussi Jn 10, 9-10.
• Au v. 14, Jésus ne dit rien sur le nombre des élus; comparer avec le parallèle de Lc 13, 23-24.

Question 2

• Noter la répétition des v. 16 et 20; sur l’image du fruit, voir la note TOB sur le v. 16.
• Les “faux prophètes” sont ceux qui annoncent un Évangile autre que celui de Jésus : cf. Ga 1, 6ss; Ac 20, 29 et la note TOB sur Mt 7, 15.
• Les disciples doivent savoir choisir, en se laissant guider, non par l’apparence mais par les fruits (v. 16 et 20).
• Les v. 21-23 disent qui sera reconnu comme vrai disciple : non pas celui qui dit, mais celui qui fait (v. 21 et note TOB). Au jour du jugement (ce jour-là : cf note TOB), le tri se fait, non sur la base d’oeuvres extraordinaires, mais sur celles de la fidélité quotidienne à la volonté du Père.

Question 3

• Noter l’opposition entre entendre les paroles et les faire (cf. note TOB sur v. 24) = sagesse ; entendre et ne pas faire = folie. Comparer Mt 25, 1-12 et la note TOB sur Mt 25, 1. Lire aussi Jc 1, 22ss (cité en marge de TOB) et Rm 3, 13.
• Mais ici, c’est l’accueil et la mise en pratique de la parole de Jésus qui est accomplissement de la volonté de Dieu, cf. Mt 17, 5. Le Sermon sur la Montagne est pour Mt le discours inaugural de Jésus, son discours-programme.

Pour continuer la réflexion

Au terme de cette lecture du sermon sur la Montagne, échanger sur ce qui nous a le plus frappé dans cette étude. Prier le Ps 1.

11. – Lc 6, 12-19 : Le Discours dans la Plaine

Chez Lc, le premier discours de Jésus a lieu à Nazareth (Lc 4, 16-21). Mais ensuite, après le choix des Douze, Lc nous donne un autre discours important de Jésus, qu’il est intéressant de comparer avec le texte parallèle de Mt.

1) Comparer ce passage de Lc avec Mt 4, 23 – 5, 2 : que remarquez-vous ? Qu’est-ce que
cela signifie ?
2) Expliquer Lc 6, 12-16 : qu’est-ce qui est particulier à Lc ?
3) Comparer Mt 4, 23 – 5, 2 avec Lc 6, 17-19 et relever les différences de Lc par rapport au
texte de Mt.

Question 1

• En Mt le ministère de Jésus en Galilée fait immédiatement suite à l’appel des 4 premiers disciples; chez Lc, le début du ministère en Galilée (Lc 4, 14) précède cet appel (Lc 5, 1-11).
• En Mt, Jésus monte sur la montagne pour enseigner (Mt 5, 1-2); chez Lc, il y monte pour prier, pour choisir les Douze, puis il descend pour donner son enseignement (6, 17).
• Nous voyons ainsi le travail des Évangélistes, leur liberté pour organiser les matériaux transmis par la tradition; ce n’est pas une biographie de Jésus.

Question 2

• Jésus va sur la montagne pour prier; sur l’importance que Lc accorde à la prière de Jésus, voir Lc 3, 21 et les notes de BJ et TOB; cf. aussi la note TOB sur Lc 6, 12.
• Après cette nuit de prière, Jésus appelle les disciples et choisit 12 parmi eux et les nomme apôtres : voir les notes de BJ et TOB sur 6, 13 et Mt 10, 2.
• Sur l’importance d’un changement de nom, voir la note TOB sur 6, 14. Noter que Lc utilise la même formule au v. 13 et au v. 14; Lc distingue donc 3 catégories parmi ceux qui suivent Jésus : les disciples / les apôtres / Pierre.
• Sur le nom de Pierre, voir Mt 16, 18 et les notes de BJ et TOB.

Question 3

• Jésus descend de la montagne avec les Douze : il va à la rencontre des foules. Il est également entouré par une grande foule de disciples.
• Les foules qui viennent vers Jésus sont des Juifs (Judée et Jérusalem) et des païens (Tyr et Sidon) : universalisme de Lc.
• Ces foules viennent pour entendre et se faire guérir (v. 18-19); cf. Ac 10, 38. Lc aime lier enseignement et guérison : cf. Ac 1, 1 : ce que Jésus a fait et enseigné…

Pour continuer la réflexion

Avant cette décision importante (choix des Douze), Jésus passe une nuit en prière : quelle place tient la prière dans nos décisions ?

12. – Lc 6 20-26 : Heureux les pauvres… malheureux les riches…

La version que Lc nous donne des Béatitudes peut nous surprendre au premier abord. Pourquoi, Luc, “le scribe de la mansuétude du Christ” (Dante) tient-il ce langage ?

1) Comparer le texte de Lc avec le parallèle de Mt : que remarquez-vous ? Quelles questions
cela vous pose-t-il ?
2) A qui s’adresse Jésus en Lc 6, 20-23 ? Pourquoi ces gens sont-ils appelés heureux ?
3) L’auditoire a-t-il changé en Lc 6, 24-26 ? Quel enseignement Lc veut-il nous donner ?

Question 1

• Nous sommes davantage habitués à la forme des Béatitudes de Mt; chez Lc, nous n’avons que 4 “heureux” (au lieu des 9 de Mt) et les béatitudes sont suivies de 4 “malheureux” (v. 24-26).
• Les béatitudes de Lc correspondent à la première, à la quatrième et à la neuvième de Mt; on pourrait aussi rapprocher la troisième de Lc avec Mt 5, 5.
• Les trois premières béatitudes de Lc envisagent des situations concrètes (et non un esprit, comme celles de Mt); la dernière béatitude chez Lc, comme chez Mt, a une forme différente des autres : heureux… lorsque…
• Cf. aussi les notes de BJ et TOB sur Lc 6, 20.

Question 2

• Selon Lc 6, 17, l’auditoire est formé des Douze, d’une foule nombreuse de disciples et d’une multitude d’autres personnes.
• Mais Jésus s’adresse surtout aux disciples (v. 20) : c’est à eux qu’il dit “vous” en 6, 20-23.
• Jésus s’adresse à des gens qui sont pauvres, qui ont faim maintenant, qui pleurent maintenant; il envisage aussi le moment (en ce jour-là) où ils seront objet de rejet et de persécutions à cause de lui.
• Mais pour Jésus, ils sont heureux parce que le Royaume apparaît comme le renversement des situations présentes : cf. Lc 1, 51-53; 16, 19-26; voir aussi Is 65, 13-14 (cité en marge dans BJ).
• Lc pense certainement aux chrétiens de son temps, souvent de condition modeste (cf. 1 Co 1, 26-29) et méprisés à cause de leur foi (cf. 1 P 4, 12-16).

Question 3

• Sur la signification de “malheureux”, voir la note TOB sur 6, 24
• Le “vous” des v. 24-26 ne concernent plus les disciples : cf. le début du v. 27 et la note TOB sur ce verset. Par l’opposition entre les béatitudes et les plaintes, Lc souligne la préférence accordée par Jésus aux pauvres et aux petits : 6, 20 et note TOB. Le danger des richesses par rapport au Royaume est un thème de Lc : voir la note de BJ sur Lc 12, 33 +.

Pour continuer la réflexion

Quelles formes des Béatitudes préférez-vous : celles de Mt ou de Lc ? Voyez-vous un danger à choisir l’une des deux ? Se complètent-elles ?
13. – Lc 6, 27-38 : Alors vous serez les fils du Très-Haut

Après les Béatitudes qui introduisent le Discours dans la Plaine et en donnent le ton, Jésus nous enseigne les commandements nouveaux.

1) Comparer ce passage avec le parallèle de Mt : qu’est-ce que Lc a omis par rapport à Mt ?
Qu’a-t-il ajouté ?
2) travailler plus particulièrement sur les v. 27-35 : quel est le message central de ce passage ?
Que notez-vous dans les différences entre Lc et Mt ?
3) Expliquer le v. 36 : ce verset se rattache-t-il à ce qui précède ou à ce qui suit ? Voyez-vous
un rapport avec Mt 5, 7 ?

Question 1

• Les versets parallèles de Mt appartiennent aux deux dernières “antithèses” (Mt 5, 38-48) et à Mt 7, 1-2 et 12.
• Le discours de Lc est beaucoup plus court que celui de Mt : cf. les notes sur Lc 6, 20 et Mt 5, 1 +.
• Lc a laissé de côté ce qui pourrait être trop “judaïque” pour ses lecteurs, par ex. dans les “antithèses”, les références à la Loi ancienne.
• L’ordre des matériaux est également différent : ce qui permet de voir le travail des Évangélistes; ils ne donnent pas un compte rendu de l’événement, mais ils font oeuvre d’écrivains et de théologiens.

Question 2

• Noter l’introduction du v. 27 : Jésus s’adresse de nouveau à ses disciples, comme il le faisait en 6, 20-23; cf. la note TOB sur le v. 27.
• Ce que Jésus demande, c’est l’amour même envers les ennemis : cf. les v. 27 et 35, encadrant tout le passage. Le mot “aimer” revient 6 fois et cet amour se traduit par des actes : faire du bien, bénir, prier pour.
• Les v. 29-30 contiennent 4 paroles en “tu” illustrant la disposition d’esprit qui doit animer le disciple de Jésus.
• Sur les différences entre Mt et Lc, voir les notes TOB sur les v. 29-33. Lc adapte ainsi le message traditionnel à son milieu pagano-chrétien.
• Lire Lc 12, 33 + et 14, 12-14 : ces passages éclairent-ils notre texte ?

Question 3

• Sur la signification des miséricordieux, voir la note TOB sur v. 36.
• Ce verset conclut les v. 27-35 et introduit les suivants (37-38).
• Imiter la miséricorde du Père, c’est aimer même les ennemis (cf. Col 3, 12-13 et Ep 4, 32 – 5, 1), mais c’est aussi refuser de juger ( = condamner) les autres; cf. Rm 14, 10. Sur les v. 37-38, voir les notes TOB.
• Lc n’a pas de béatitudes des miséricordieux, mais il est ici tout proche de Mt 5, 7 et 18, 35.

Pour continuer la réflexion

Comment traduire aujourd’hui dans notre vie ce que Jésus nous dit dans ce passage de Lc ?

14. – Lc 6, 39-49 : Une maison avec des fondations solides

Comment devenir un vrai disciple de Jésus ? En regroupant ici quelques paroles du Maître, Lc nous donne une réponse : c’est une question d’”oeil”, de “coeur”, de mise en pratique de la Parole.

1) Comparer Lc 6, 39-49 avec le parallèle de Mt : que constatez-vous ? Quel enseignement
pouvez-vous en tirer ?
2) Lc a-t-il voulu regroupé des paroles de Jésus autour des mots « œil » (v.39-42) et le
« cœur » (v. 43-46) ? Essayer de suivre cette piste.
3) Comme chez Mt, le discours se termine par la parabole des deux maisons : comparer ici
Mt et Lc. Quels changements Lc a-t-il apportés ?

Question 1

• Certains passages de Lc se lisent dans le Sermon sur la Montagne : Lc 6, 41-42 = Mt 7, 3-5; Lc 6, 44-45 = Mt 7, 16-18; L 7, 12. 15 (cf. Lc 6, 31.36) = Mt 7, 21. 24. 27.
• D’autres passages se lisent en Mt, mais en dehors du Sermon : Lc 6, 39 en Mt 15, 14; Lc 6, 40 en Mt 10, 24-25; Lc 6, 43 en Mt 12, 33-35; ils ont alors une signification différente.
• D’autres passages du Sermon sur la Montagne se retrouvent en Lc, mais en dehors du Discours dans la Plaine : ainsi Mt 7, 7-11 en Lc 11, 9-13; Mt 7, 13-14 en Lc 13, 23-24; cf. Mt 7, 19 en Lc 3, 9.
• Nous pouvons donc constater le travail des Évangélistes, fait à la fois de respect pour les traditions qu’ils reçoivent et de liberté dans la manière de les présenter.

Question 2

• Puisqu’ils doivent guider les autres, il serait désastreux que les disciples soient eux-mêmes aveugles (cf. v. 39 et la note TOB); d’où les v. 41-42; sur le mot “hypocrite”, voir la note TOB.
• D’est du dedans, du “coeur” que vient le fruit : un arbre malade ne peut donc produire un bon fruit (v. 43). Épines et ronces sont dans la Bible le symbole pour les mauvaises herbes (cf. par ex. Is 5, 6); ils ne donneront jamais des figues ou des raisins (les fruits de la terre promise : cf. Za 3, 10). Les deux exemples sont appliqués ici à l’homme et à son “coeur” (v. 45).

Question 3

• Pour Mt, la maison est bâtie sur le roc ou sur le sable; Lc parle d’une maison avec ou sans fondations.
• Chez Mt, le danger et éventuellement la ruine proviennent de la pluie formant des torrents; pour Lc, il s’agit de la crue des rivières (voir note TOB sur le v. 48).
• Lc adapte donc l’image palestinienne au monde grec de ses lecteurs.
• Mais c’est la même mise en garde : l’écoute et la pratique des paroles de Jésus donnent solidité à une vie chrétienne.

Pour continuer la réflexion

Au terme de ce petit parcours sur le Discours dans la plaine, quelles sont les paroles de Jésus que je retiens ? Pourquoi ?

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s