DISCIPLES DE JESUS

1) Is 50, 4 – 11 : “Pour que j’écoute comme un disciple…”

Ce passage du Livre d’Isaïe est appelé le “Troisième Chant du Serviteur” ; choisi par Dieu (Is 42, 1ss) et chargé d’une mission importante mais difficile (Is 49, 1ss), le Serviteur prend ici la parole pour nous partager ce qu’il est en train de vivre.

1) Comment peut-on diviser ce Chant, et en particulier les v. 4-9a ? Proposer des sous-
titres pour les différentes parties.
2) Comment se présente le Serviteur dans les v. 4-9a ? Que pouvons-nous savoir de lui ?
3) Qu’est-ce que ce texte nous apprend sur la condition du disciple ?

Question 1

• Dans les v. 4-9a, c’est le Serviteur qui parle ( je, moi, mon…); à partir de 9b, quelqu’un parle du Serviteur (cf. 50, 10 +) à deux catégories de personnes (v.10 et v.11). Le Chant est donc composé de deux parties (4-9 et 10-11).
• Dans première partie, remarquer la répétition (4x ) de l’expression “le Seigneur Yahvé” : v.4.5.7.9 (seulement ici dans Is 40-55), ce qui coupe les v. 4-9a en 3 strophes.
• .Lire la note BJ (sur le titre).

Question 2

• Le Serviteur est un homme de la Parole, Parole qu’il accueille / écoute chaque matin; Parole qu’ il partage “avec l’épuisé”.
• Son attitude provoque rejet, persécution, outrages (v.5-6); sur la barbe, comparer 2 S 10,4-5; cf. aussi Ne 13,25.
• Sa confiance inébranlable dans le Seigneur (v.7-8), cf. Ez 3,8-9 et Ps 25,3 (cité en marge de BJ) : il est sûr que le Seigneur répondra.

Question 3

• Le texte parle de la ”langue” et de l’ “oreille”; ces mots ont une signification très riche dans la Bible (cf. CE 4) : par la langue, l’homme échange avec autrui, communique; mais la langue peut aussi tromper, d’où ici la précision du v.4a; l’oreille symbolise l’écoute, Mais plus encore la compréhension, le discernement; savoir écouter quelqu’un, c’est lui obéir et faire sa volonté.
• Il a le souci de l’épuisé; il apporte une parole de réconfort.
• mais la mission du disciple suscite aussi incompréhension, et donc souffrance.
• Le disciple peut faire l’expérience de la présence fidèle du Seigneur, de son soutien au milieu des difficultés.

2. Mc 1, 16-20 : “Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes”.

Jésus vient de commencer son ministère (Mc 1, 14-15) . Son premier geste, selon saint Marc, sera l’appel adressé à quatre hommes : un appel qui va changer leur vie et qui les conduira bien au-delà de ce qu’ils peuvent alors imaginer.

1) Comment l’évangéliste nous présente-t-il ici l’appel des premiers disciples ?
Relever ce qui vous paraît significatif.
2) Comparer ce récit évangélique avec 1 R 19, 19-21 : quelles constations faites-vous ?
Quelles ressemblances ? quelles différences ?
3) Étudier le contexte de cette péricope : le cadre choisi par Mc nous donne-t-il des
informations sur ce que signifie pour lui devenir disciple ?

Question 1

• Nous avons deux petits récits parallèles : v. 16-18 et 19-20.
• Dans les deux, nous trouvons le même schéma : repérer les différents éléments.
• Remarquer comment les différences des deux récits se complètent : jeter et arranger les filets ;
• laisser les filets et laisser leur père; il les appela et “venez à ma suite”.
• La même mission vaut pour les deux récits (v. 17).

Question 2

• C’est l’appel d’Elisée par Elie; au premier regard, c’est le même schéma, mais moins dépouillé.
• Le récit évangélique souligne davantage l’initiative de Jésus : il voit, il appelle avec autorité à le suivre (v. 18 et note TOB); il s’agit d’une mission (v. 17).
• Ici les appelés deviennent les collaborateurs de Jésus; au contraire, Elisée sera le serviteur d’Elie (1 R 19, 21).
• Comparer encore l’appel des disciples avec Ex 3, 1ss ou Jr 1, 4-5 : quelles différences trouvez-vous ?

Question 3

• En Mc 1, 14-15, nous avons un sommaire du début de la prédication de Jésus (voir note TOB sur Mc 1,15).
• La prédication de Jésus prend le relais de celle de Jean-Baptiste, mais la complète : comparer Mc 1, 4 avec Mc 1,14-15.
• Dès que Jésus paraît, il rassemble des hommes autour de lui (v. 17); désormais, Mc nous montrera toujours Jésus entouré de ses disciples.
• Sur l’appel à croire, voir Mt 8, 10 + (cité en marge de Mc 1,15).
• Sur le mot “évangile” : voir note TOB sur Mc 1, 1 +.

 

3. Mc 2, 13-17 : Jésus appelle un publicain

Les choix de Jésus sont parfois surprenants. Ils témoignent de la liberté de Jésus mais aussi de la manière dont il concevait sa mission. C’est ce que met bien en lumière le récit de l’appel de Lévi, le publicain.

1) Dans la BJ ces v. 13-17 de Mc sont placés sous deux sous-titres : forment-ils une
unité ? Comparer le texte de Mc avec le texte parallèle de Mt et Lc (voir synopse)
2) Comparer Mc 2, 13-14 avec Mc 1, 16-20 : que remarquez-vous ? Qu’est-ce qui est
nouveau ici ?
3) La TOB nous donne en marge de Mc 2, 15-17 les références de Mt 11, 19 et Lc 7,
34 : quel éclairage ces textes vous apportent-ils ? Quelle image de Jésus, Mc veut-il
nous donner dans son récit ? Quel enseignement ?

Question 1

• En Mc, les deux passages peuvent se lire séparément : l’appel de Lévi et un repas de Jésus avec des publicains.
• Chez Mc, Jésus a sa maison à Capharnaüm (cf. Mc 2,1 ; 3, 20 et la note TOB sur 2, 1).
• La comparaison avec Lc nous montre que celui-ci a fortement rattaché les deux épisodes : c’est Lévi qui offre un repas dans sa maison (Lc 5, 29 et note TOB).
• Chez Mt, il s’agit de l’appel de Matthieu; le repas avec les publicains a lieu dans la maison.

Question 2

• Mc situe l’appel de Lévi dans le même cadre que l’appel des 4 premiers disciples : au bord de la mer (lac) de Galilée : Mc 1, 16 et 2,13.
• C’est le même schéma de vocation : Jésus passe, voit un homme à son travail; il l’appelle et l’homme se met à sa suite : cf. TOB, notes sur Mc 2, 14.
• Ce qui est nouveau ici, c’est l’appel d’un publicain : sur ce terme, voir en TOB la note sur Mc 2, 14 et 2, 15; en BJ, la note sur Mt 9,10 + qui renvoie à Mt 5, 46 +

Question 3

• Jésus fréquente des gens mal vus et, et de plus, il mange avec eux.
• Les références marginales à Mt 11, 19 et Lc 7,34 nous conservent l’écho de reproches que l’on a fait à Jésus durant son ministère.
• Sur la signification du repas et de la commensalité, voir note TOB sur Mt 9, 11 et en BJ la note sur Mt 9, 10 +.
• Sur l’image de Jésus, voir note TOB sur Lc 7,34. Ici Jésus choisit un publicain comme disciple et, de plus, il mange avec des hommes considérés comme pécheurs.
• Sur les problèmes de table dans les premières communautés chrétiennes, voir les références données à la fin de la note BJ sur Mt 9, 10 +.

4. Jn 1, 35-51 : “Rabbi, où demeures-tu ? – Venez et vous verrez”

Pour l’appel des disciples, comme pour d’autres épisodes de la vie de Jésus, le Quatrième Évangile nous donne des informations particulières, que nous aurions tort de laisser de côté.

1) Qui sont, d’après ce texte de Jn, les premiers disciples de Jésus ? D’où viennent-ils ?
Que cherchent-ils ?
2) Comment se fait ici la rencontre avec Jésus ?
3) Qu’est-ce que Jn nous apprend sur la condition de disciple ?

Question 1

• Les premiers disciples de Jésus viennent du cercle de Jean-Baptiste; contrairement aux Juifs de Jn 1, 19-24, ils ont reconnu en Jean-Baptiste un envoyé de Dieu qui prépare à la venue du Messie.
• Selon Jn, parmi les premiers disciples à suivre Jésus, il y a André et un compagnon; viennent ensuite Simon, le frère d’André, puis Philippe et Nathanaël.
• Tous sont présentés comme des gens en attente, prêts à suivre l’indication de leur maître (v.36),
• Simon accueille le témoignage de son frère et Nathanaël, celui de Philippe.

Question 2

• Les rencontres se font chaque fois à partir d’un témoignage (v. 36. 41. 45).
• A partir de ce témoignage, ces hommes vont vers Jésus (v. 38-39. 42. 46-47) et font une expérience personnelle : v. 39 (demeurer); v. 42 (imposition d’un nom nouveau).
• Le chemin de Nathanaël est davantage développé : du doute à la foi (v. 46-49) avec la promesse (v. 50-51).
• Noter dans ce récits les différents titres qui sont donnés à Jésus et celui que Jésus se donne (v. 51) : la connaissance que les disciples ont de Jésus doit être complétée, corrigée par Jésus.

Question 3

• Les disciples amenés à Jésus sur le témoignage d’un croyant : situation post-pascale !
• Devenir disciple, c’est un acte de foi et d’adhésion à Jésus.
• Devenir disciple, c’est toujours faire une expérience personnelle de Jésus; c’est “demeurer en lui”, cf. Jn 8, 30-32.
• La rencontre avec Jésus fait découvrir au disciple que Jésus le connaît davantage que lui-même connaît Jésus (cf. v. 42 et note TOB – imposition du nom; v. 47-48 : la parole à Nathanaël). Cf. aussi Ga 4,9.
• Lire encore Jn 20, 29 et 20, 31.

 

5. Mc 3, 13-19 et 6, 7-13 et Lc 6, 12-16 et 9, 1-6 : l’appel des Douze et leur mission

Jésus n’a pas seulement appelé des hommes à le suivre; parmi ses disciples, il a constitué le groupe des “Douze” pour être avec lui et pour partager sa mission. Nous lirons ici les textes des Évangiles de Mc et de Lc.

1) Lire Mc 3, 13-19 et comparer avec Lc 6, 12-16 : sur quoi insistent les deux Evan-
gélistes ?
2) Lire Mc 6, 7-13 et Lc 9, 1-6 : comment est présentée la mission des Douze ?
3) Comment nous apparaissent les Douze dans ces deux épisodes évangéliques ?

Question 1

• Les deux évangélistes situent cette scène sur une montagne; c’est moins une localisation géographique que symbolique (c. Ex 24, 4 : la montagne où Moïse a réuni les douze tribus).
• Jésus choisit 12 parmi les disciples; leurs noms sont cités; cf. aussi le nom donné à Simon (note TOB sur Lc 6,14).
• Mc insiste sur l’initiative de Jésus et la réponse des hommes : il appelle ceux qu’il voulait et ils vinrent à lui. Cf. note TOB sur Mc 3, 13..
• Leur mission est d’abord d’être un groupe de 12 (BJ sur Mc 3, 13 +), d’être avec Jésus, cf. TOB Mc 3,14.
• Lc seul parle de la prière de Jésus avant le choix des Douze : Lc 6, 12 et notes TOB et BJ sur Lc 3, 21; Lc encore leur donne le nom d’apôtres : cf TOB sur Lc 6, 13.

Question 2

• Sur les différences de l’équipement, voir notes TOB et BJ sur Mc 6,8. Le bâton et les san-dales, cf. Ex 12, 11 (rituel de la Pâque; être toujours prêt à partir).
• Leur mission : annoncer la venue du Règne de Dieu par des paroles (cf. Mc 6,12 note TOB) et par des actes (Mc 6, 7.13 et note TOB).
• Mc parle d’un envoi “deux par deux” : cf. Dt 19,15 (deux témoins); deux est déjà le symbole de la communauté : Ac 3,1; 4,13; 13,2; 15,22.

Question 3

• Ils sont choisis par Jésus et forment un groupe à part parmi les disciples.
• Ce choix libre et fondateur (cf. aussi l’imposition des noms) les unit à Jésus (être avec lui et en fait ses envoyés (apôtres).
• Ils étendent la mission de Jésus (annoncer le Règne, cf. Mc 1, 15) et sa lutte contre le mal (cf. Mc 1,21-17; 1,32 (et note TOB).
• Par leur nombre (12), ils annoncent la continuation du plan de Dieu, cf. Mc 3, 13 +.

6. Mc 8, 27-30 et // Mt et Lc : “Pour vous, qui suis-je ?”

Cette scène est au centre de l’Evangile de Mc: après un temps passé avec Jésus, les Douze sont invités à répondre à une question qui engage leur vie.
Nous ferons ici une étude synoptique (Mt-Mc-Lc) pour mieux percevoir la richesse de cette péricope évangélique.

1) Comparer attentivement les trois textes : qu’est-ce qui est semblable dans les trois
Évangiles ?
2) Quelles sont les particularités de chacun des Évangélistes ? Quelles signification
ont pour vous ces différences?
3) Quelle est l’importance de cette scène dans la tradition évangélique ? Où est-elle
située ? Les disciples connaissent-ils Jésus ?

Question 1

• Jésus est seul avec ses disciples, tout au nord de la Galilée (Mt-Mc), en plein territoire païen.
• Deux questions sont posées aux disciples : la première, sur ce que les hommes/foules pensent de lui (“sondage d’opinion”); la seconde est beaucoup plus directe et exigeante : mais vous, que dites-vous de moi ?
• Pour les gens, Jésus appartient aux grandes figures d’Israël : il est un homme de Dieu, cf. Mt 16,14 (BJ et TOB). Comparer avec l’image floue de l’aveugle de Mc 8,23-24.
• Simon-Pierre répond à la deuxième question au nom des Douze et reconnaît en lui le Messie, l’envoyé de Dieu que l’on attend : cf. Mc 8,29 (TOB).
• Jésus leur demande de garder le silence sur ce point : Mc 8, 30 et note TOB.

Question 2

• Chez Mc, Jésus les interroge en chemin (depuis des mois, ils sont en chemin derrière Jésus !)
• Chez Lc, avant de poser la question, Jésus prie (Lc 9,18 et note TOB; en BJ, cf. Lc 3,21 + cité en marge); quant au lieu, Lc reste vague (cf. note TOB).
• Sur la première réponse, voir Lc 9, 7-8; sur la réponse de Pierre, Lc 9,20 et note TOB.
• A noter encore Lc 9, 21-22 et les notes TOB.
• En Mt la confession de Pierre est plus développée : elle exprime déjà la foi chrétienne authentique (cf. Mt 16, 16 et notes TOB et BJ).
• Sur la réponse de Jésus à Pierre (v. 17-19), voir les notes BJ et TOB; noter aussi la for- mulation : mon église.

Question 3

• La scène est placée à la fin du ministère en Galilée, avant la première annonce de la passion : cf. Mt 16, 21 et note TOB et BJ.
• Alors que les foules se sont de plus en plus écartées de lui, Jésus pose la question aux Douze et Pierre – en leur nom – reconnaît en lui le Messie. C’est le sommet de la première partie de l’Evangile de Mc.
• Mais l’image que Pierre entrevoit ne correspond que partiellement à celle de Jésus : cf. Mc 8,31-33 et Mt 16, 21-23; Lc 9, 22 (TOB). Seule la suite du récit (passion et Résurrection) permet de se faire une idée juste du Messie de Dieu.

7. Mc 10, 35-45 : L’apprentissage du disciple

Jacques et Jean se disent prêts à suivre Jésus sur son chemin. Mais le chemin de Jésus n’est pas ce qu’ils imaginent, car “le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude”.

1) Comment peut-on diviser ce passage de Mc ? Dans quel contexte est-il placé ?
Voyez-vous une signification à cela ?
2) Comment comprendre la demande de Jacques et Jean ? Quelle est la réponse de
Jésus ?
3) Étudier plus spécialement les v. 42-45 : que pouvez-vous retenir ?

Question 1

• Mt nous donne un texte parallèle : voir les notes et les références en Mt; Lc, au contraire, ne rapporte pas cet épisode : voir cependant Lc 22, 25-27.
• La péricope se divise facilement en deux : v. 35-40 et v. 41-45 (cf. la division BJ).
• Notre texte fait partie de Mc 10, 32-52 : la 3ème annonce de la passion, la question des deux disciples, la guérison de l’aveugle qui se met à suivre Jésus.

Question 2

• Sur la demande des deux frères (v.37), voir la note TOB (qui renvoie à Mt 20, 21); cf. aussi en BJ la note sur le texte de Mt.
• En Mc, Jésus parle de la coupe et du baptême : sur ces termes, voir les notes TOB et les références bibliques indiquées.
• A noter, les deux étapes dans la réponse de Jésus (v.38 et 39b-40); la première partie de la réponse (v. 39) invite les disciples à découvrir davantage le destin de Jésus, à rechercher non la gloire, mais le chemin qui y conduit; voir aussi Mc 4, 13 + (en marge dans BJ).
• La seconde partie, surtout le v. 40, souligne la totale dépendance de Jésus – et donc de ceux qui veulent le suivre – par rapport au Père (cf. note TOB).

Question 3

• Pourquoi les autres disciples sont-ils indignés (v.41); qu’est-ce que cela révèle ?
• Au v. 43, noter l’emploi du présent : ce n’est ni un souhait, ni un commandement, c’est un présent “constitutionnel” (J. Delorme) : la constitution de la communauté des disciples, où chacun est le serviteur de tous.
• Remarquer le crescendo : votre serviteur (v.43), l’esclave de tous (v.44).
• Le v. 45 donne la raison de cette loi constitutive de la communauté !
• Sur le v. 45, voir la note TOB; en BJ, voir les notes sur Mt 20, 28.
• “Le chemin de la croix, ce n’est pas souffrir , c’est d’abord servir ” (J. Delorme).

8. Luc 7, 36 – 8,3 : “Elle a montré beaucoup d’amour .”

Contrairement aux rabbis de son temps, Jésus n’a pas craint d’accepter des femmes parmi ses disciples. La femme qui se place à ses pieds, lors du repas chez Simon le Pharisien, nous est donnée en exemple dans l’évangile de Luc.

1) Suivre le parcours de la femme (v. 36-39) et expliquer ses gestes. Comment
sont-ils perçus par Simon ? et par Jésus ?
2) Que fait Jésus dans les v. 40-43 ? Quelle est son intention ? Et au v. 47 ?
3) Cette femme est-elle devenue disciple de Jésus : justifier votre réponse.

Question 1

• Noter la composition de Lc : après “le discours dans la plaine” (6, 20-49), Lc place un ensemble (7,1 à 8,3) construit autour de la réponse de Jésus à Jean-Baptiste (7,22-23); cf. aussi Lc 7, 29-30 et 34.
• Sur notre texte, voir les notes BJ ou TOB sur 7, 36 (titre).
• Jésus est à table, couché – selon la coutume de l’époque – (note TOB); la femme se tient derrière lui, à ses pieds.
• Elle est venue pour Jésus; noter ses gestes (v. 37-38) et les comparer avec ceux de Simon (cf. v. 44-46).
• Pour Simon, cette femme est une pécheresse (v. 37), une femme “impure” dont Jésus devrait se garder de tout contact (voir v. 39 et note TOB).

Question 2

• Jésus raconte une parabole. Qu’est-ce qu’une parabole ? Pourquoi Jésus utilise-t-il ici ce genre littéraire ? (comparer avec 2 S 12, 1-4).
• Quelle est la leçon de la parabole ? Comment vient-elle éclairer le comportement de Simon et celui de la femme ?
• En racontant cette parabole, Jésus répond-il à la question que se posait le pharisien (v. 39) ? Comment ?
• Les v. 47 et 49 montrent que Jésus est encore au-delà de ce que pensait Simon : il est plus qu’un prophète.

Question 3

• Sur l’attitude de la femme, voir surtout les v. 47 et 50, ainsi que les notes TOB; en BJ, voir la note sur 7, 47 +.
• Noter aussi le v. 38 : la femme se tient aux pieds de Jésus, cf. Lc 8, 35 et 10, 39.
• Remarquer le contexte de cet épisode : Lc fait suivre ce récit du “sommaire” (8,1-3).
• Sur la présence des femmes dans l’entourage de Jésus : Lc 8, 2 et note TOB.

9. Jn 9, 1-41 : Disciples de Jésus ou disciples de Moïse ?

Une page célèbre de l’Evangile de Jean. Dans la perspective de notre thème, nous la lirons pour mieux découvrir le choix qui se posait à l’aveugle et aux chrétiens à qui s’adresse l’Evangéliste.

1) Lire Jn 9, 1-41 et repérer les personnages qui interviennent : comment peut-on
découper ce récit ?
2) Dans Jn 9,18-34, comparer le comportement des parents avec celui de l’aveugle
guéri : comment se situent les parents ? Pourquoi ? Et l’aveugle guéri ? Qu’en
résulte-t-il ?
3) Que nous apportent en plus les v. 35-38 ? Et les v. 39-41 ?

Question

• Au début, il y a Jésus et les disciples; leur question permet à Jésus d’entrouvrir déjà la signification du “signe” qu’il va faire (v. 6-7). Sur la “lumière du monde” cf. en BJ : Jn 8,12 +.
• Dans les v. 8-12, l’aveugle guéri est confronté aux voisins.
• A partir du v. 13 les Pharisiens / Juifs entrent en scène, face à l’aveugle (v. 13-17); puis face à ses parents (v. 18-23); de nouveau face à l’aveugle (v. 24-34); enfin face à Jésus
• (v. 40-41).
• Noter le peu d’importance donnée dans le récit au miracle lui-même (v. 6-7) : tout ce chapitre tourne autour de la signification reconnue à ce “signe” de Jésus.

Question 2

• Devant le signe accompli, les Pharisiens sont divisés (v. 16) : les uns sont plus sensibles à la guérison opérée, d’autres au fait que Jésus n’a pas respecté le sabbat.
• Les parents reconnaissent le fait de la guérison : c’est bien leur fils et il était né aveugle(v. 20), mais ils ne répondent pas à la deuxième partie de la question posée par les Pharisiens; aux v. 22-23, l’évangéliste explique la raison de ce silence des parents, voir note TOB; cf. aussi Jn 12, 42.
• L’aveugle refuse d’abord de condamner Jésus (v.25) : pour lui, si Jésus ne venait pas de Dieu (v. 33), s’il n’était pas un homme qui fait la volonté de Dieu (v. 37), il ne pourrait faire de tels signes.
• L’aveugle est mis en demeure de choisir entre Moïse et Jésus et il choisit Jésus, avec les conséquences que cela comporte (v. 34).

Question 3

• Jusqu’ici l’aveugle a reconnu Jésus comme l’homme qui l’a guéri (v.11), comme un prophète (v- 17), un homme qui vient de Dieu (v. 31-32).
• Maintenant, face à Jésus et à sa question (v. 35), il s’ouvre au mystère de cet homme (v. 36-38).
• D’aveugle guéri, il devient croyant : pour lui, Jésus est vraiment la “Lumière du monde” (v. 5).

10. Jn 13, 1-17 : Le maître et les disciples

Jean est le seul des Évangélistes à nous rapporter la scène du Lavement des pieds. Mieux que par des paroles, Jésus exprime dans ce geste ce que signifie pour lui devenir le serviteur des autres.

1) Comment l’évangéliste a-t-il mis en valeur ce geste de Jésus ?
2) Comment comprendre la réaction de Pierre ? Que révèle-t-elle ?
3) Quelle est la réponse de Jésus ? Que nous apprend-elle sur la condition de disciple ?

Question 1

• Noter la solennité de l’introduction ( v. 1-3).
• C’est maintenant la 3ème Pâque (après Jn 2,13 et 6, 4), celle où Jésus va passer de ce monde à son Père, achevant ainsi sa mission.
• Jn raconte ce geste de Jésus, là où on attendrait le récit de l’institution de l’Eucharistie. Jésus dépose son vêtement (v. 4), puis il le reprend (v. 12) : comparer avec Jn 10, 17-18 et la note TOB.

Question 2

• Laver les pieds de quelqu’un est un geste humble (voir note TOB sur v. 5); il devient ici l’expression de l’amour de Jésus pour les siens.
• C’est aussi un geste prophétique, annonçant sa mort (cf. v. 7).
• Mais Pierre – comme les autres apôtres – ne peut comprendre maintenant un tel geste ; cela n’entre pas dans sa compréhension du Messie (cf. note TOB sur le v. 6 ainsi que le renvoi à Mt 16, 22 (voir notes sur ce texte).
• A cause de l’insistance de Jésus (v. 8), Pierre est prêt à se laisser laver la tête et les mains : il ne comprend pas la portée du geste de Jésus (“méprise johannique”), cf. la note TOB sur le v. 10.

Question 3

• Dans sa réponse, Jésus souligne d’abord que son geste ne pourra être compris que plus tard (v. 7).
• Jésus ajoute (v. 8) que c’est une condition indispensable pour avoir part avec lui, cf. la note TOB sur le v. 8.
• En acceptant maintenant ce geste de Jésus, le disciple se prépare à accepter celui qu’il fera en donnant sa vie pour nous : l’abaissement de Jésus dans ce geste annonce un don bien plus grand.
• Les v. 12-15 dégagent un deuxième enseignement : voir les notes TOB sur les v. 15-16.
• Le v. 17 en fait une “béatitude” : voir encore la note TOB sur v. 17.

11. Mt 28, 16-20 : La mission des disciples

Comme il l’avait promis, Jésus Ressuscité précède ses disciples en Galilée. Venant vers eux, Jésus leur confie maintenant sa mission : ce qu’il a commencé à faire en Palestine, ils devront le continuer dans le monde entier et jusqu’à la fin des temps.

1) Où cette rencontre a-t-elle lieu ? Quelle signification l’évangéliste entend-il ainsi
donner à cette scène ?
2) Comment Jésus nous est-il présenté dans ce texte ?
3) Quelle est d’après ce texte la mission de l’Eglise ?

Question 1

• La rencontre est située en Galilée (cf. Mt 28, 7.10); c’est là que Jésus avait commencé sa mission : Mt 4, 13-16 et la note TOB sur 4, 14.
• Sur une montagne (v. 16 et note TOB); se rappeler la place de la montagne dans l’AT, spécialement en Ex 19-24 : la montagne est le lieu de la révélation.
• Ainsi la rencontre avec le Ressuscité n’a pas lieu à Jérusalem (la ville sainte pour les Juifs), mais en Galilée, là où Juifs et païens se côtoient.
• Comparer encore Mt 28, 16 avec 26, 56 (où se trouvait la dernière mention des disciples) : ainsi le Ressuscité rassemble ceux qui l’avaient abandonné (cf. Mt 26,31-32).

Question 2

• C’est Jésus qui a toute l’initiative de cette rencontre (v. 16, cf. 28, 7.10).
• C’est lui qui s’approche d’eux, franchissant la distance qui le sépare désormais d’eux.
• Les disciples se prosternent devant lui : sur ce verbe, cf. Mt 2,2.8.11; 8,2; 14,33; 15,25.
• Sur le v. 18b, voir la note TOB nous renvoyant à Mt 4, 9-10 et à Dn 7, 14.
• Noter encore la part importante donnée à la parole de Jésus (18b-20).
• Comparer enfin le v. 20b avec Mt 1, 23.

Question 3

• La mission de l’Eglise découle du pouvoir universel du Ressuscité (v. 18b ): allez donc…
• Sur l’universalité de la mission, voir la note TOB (sur le mot disciples ) .
• La mission consiste d’abord à faire des disciples; ce n’est une simple proclamation; il s’agit de gagner des hommes à une relation personnelle avec Jésus, comme celle des disciples d’avant Pâques (cf. Mt 4, 20 et note TOB).
• Disciple est ainsi la plus courte définition du chrétien (W. Trilling).
• Le baptême et l’enseignement à garder constituent l’état de chrétien.
• Sur la formule du baptême, voir les notes en BJ ou TOB; par ce rite du baptême se forme une communauté.
• L’expression “garder ce que je vous ai prescrit ” vient du Dt : cf. Dt 1, 32; 6, 1.17.25…

12. Lc 10, 1 – 20 : La mission des soixante-douze disciples

Au centre de son Évangile, saint Luc nous présente longuement Jésus en chemin vers Jérusalem (Lc 9,51 – 19,28) et dans ce passage, il nous montre Jésus formant les disciples pour la mission qu’ils devront assumer après Pâques.

1) De quelle mission Luc veut-il parler ici ? Qui envoie ? Vers qui ? Comment ?
2) Comment comprendre les instructions données dans les v. 2-16 ?
3) Expliquer les v. 17-20 en utilisant les références de BJ, particulièrement celles
qui ont une + .

Question 1

• Sur ce texte, voir la note de BJ sur le titre ou celle de TOB sur le v. 1.
• Noter la place de ce discours de Jésus dans le cadre de “la montée vers Jérusalem” : c’est une des premières paroles de Jésus à ceux qui veulent le suivre sur ce chemin.
• Noter aussi comment le texte est écrit : est-ce un récit ? un discours ?
• C’est le Seigneur (titre de Jésus Ressuscité) qui désigne, qui envoie; c’est lui qui donne les ordres, les instructions (v.2-16).
• Le nombre 72 (ou 70) symbolise l’universalité de la mission : après l’envoi des Douze à Israël (Lc 9, 1), c’est maintenant l’envoi vers tous les peuples : cf note BJ et TOB sur ce chiffre.
• Envoyés deux à deux : non en force, ni tout seul : cf l’exemple de la mission apostolique en Ac 11,25; cf. aussi Mt 18,20.

Question 2

• Première constatation : disproportion entre l’ampleur de la tâche et le nombre des envoyés (cf. Lc 12,32); d’où “priez…; sur l’image de la moisson, voir note TOB.
• Allez : comparer avec Mt 28,19; Mc 16,15 (la même parole du Ressuscité); cf. aussi le v. 1 “dans toute ville et endroit où lui-même devait aller”.
• V. 4 : détachement et urgence; voir note TOB.
• Dans les v. 5-11, la distinction entre les maisons (5-7) et les villes (8-11) : cf. note TOB.
• Le messager apporte la “paix” (cf. note TOB) et il reçoit la nourriture : 1 Tm 5,18 (en marge de BJ) ou la note TOB le v.7.
• V. 8-9 : la même annonce que celle de Jésus (cf. Mt 3,2 +, en marge de BJ); elle doit se faire en actes et en paroles (guérissez…dites), cf. Ac 1,1 (ce que Jésus a fait et dit).
• V.6 et 10-11 : la liberté intérieure de l’apôtre face à l’accueil ou au refus.

Question 3

• Sur Lc 1,14 + : le thème de la joie du salut (reçu et partagé); cf. aussi le v. 20 et TOB.
• Sur Ac 3, 16 + : l’invocation du Nom de Jésus et son efficacité.
• Sur Mt 8,29 + : à travers la mission des envoyés, c’est la victoire de Jésus sur Satan,
• qui se continue; cf. aussi la note de TOB sur le v. 18 et en BJ, le renvoi à Jn 12,31-32.

13. Mt 1, 1-17 et Jn 1, 1-18 : Mais qui est Jésus ?

Les disciples ont d’abord découvert Jésus comme un maître, un ami; certains ont vu en lui le Messie attendu. Mais il a fallu attendre l’expérience de Pâques et le don de l’Esprit pour entrer véritablement dans le mystère de cet homme.

1) Lire le texte de Mt 1, 1-17 : qu’est-ce que ce texte nous apprend au sujet de Jésus ?
Qui est-il ? Sur quoi insiste ici l’évangéliste ?
2) Lire Jn 1, 1-18 : de qui parle ce texte. Quelles images utilise l’évangéliste ? Quelles
références à l’Ancien Testament vous semblent particulièrement significatives ?
3) Mt 1 et Jn 1 : pourquoi une présentation si différente de Jésus ? Laquelle des deux
préférez-vous ? Peut-on en fait choisir ?

Question 1

• Voir les notes de BJ et TOB sur Mt 1, 1 +.
• La division tripartite de Mt met en relief Abraham, David et Jésus : cf. v. 1 et 17.
• La généalogie aboutit à Joseph (v.17) : pourquoi ? Cf. Mt 1, 20-21 : c’est par Joseph que-Jésus appartient à la descendance de David.
• Noter la particularité du v. 16 dans cette généalogie : cf. Mt 1, 18 et 20.
• A noter encore la présence des 5 femmes dans une généalogie entièrement masculine ; voir note TOB sur Mt 1, 2.

Question 2

• Lire les notes de vos Bibles sur Jn 1, 1 +; spécialement celles de BJ et TOB.
• Dans cette hymne, noter les deux passages qui parlent de Jean (Baptiste) : v. 6-8 et 15; voir les notes BJ et TOB sur ces passages.
• Tout le reste de l’hymne parle du Verbe / de la Parole. Sur ce terme, voir les notes. Suivre son “parcours” : v. 1-2; v. 3-5; v. 9-13; v. 14; v. 16-18.
• Pour les références à l’Ancien Testament, voir en particulier Gn 1, 1ss sur Jn 1, 1; Ex 25, 8 + et Dt 4,7 + sur Jn 1, 14; Ex 33, 20 + sur Jn 1, 17-18.
• A noter la force de l’expression : le Verbe / Parole devint chair : voir les notes sur ce verset et lire aussi Is 40, 6.
• On peut encore remarquer l’opposition entre Jésus et Moïse aux v. 17-18.

Question 3

• Le texte de Mt souligne l’accomplissement du dessein de Dieu : Jésus naît au terme d’une longue histoire qui remonte à l’origine du peuple d’Israël.
• Il appartient ainsi, par Joseph, l’époux de Marie, à un peuple bien déterminé.
• En Jn 1, le Verbe EST Dieu; il est à l’origine de tout ce qui existe; il devint / fut (traduction de la TOB) chair.
• Nous avons ainsi deux formes de christologies, mettant en valeur des aspects différents du mystère de Jésus.
• Les deux sont nécessaires, complémentaires pour notre foi.

14. Jn 3, 11-21 : “Envoyé pour que le monde soit sauvé .”

“Tu lui donneras le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés” disait l’ange du Seigneur à Joseph (Mt 1,21). Comme d’autres noms bibliques, celui de Jésus est tout un programme; il est révélation de l’amour de Dieu pour le monde. C’est ce que le Quatrième Évangile nous invite à découvrir.

1) Situer ce passage de Jn dans son contexte. A qui Jésus se révèle-t-il ici ? Pourquoi ?
2) Les versets 11-21 forment le sommet de la révélation : qu’en retenez-vous ?
3) Relever tout ce qui est dit de Jésus dans ce passage de Jn et expliquer les termes
utilisés par l’évangéliste.

Question 1

Dans les chapitres 3-4, Jésus se manifeste aux Juifs (Jn 3 : Nicodème), puis aux Samari-
tains (Jn 4, 1-42 : la femme au puits de Jacob) et enfin aux païens (Jn 4, 43ss : l’officier
royal).
Jn 3 se divise en deux parties : en Jn 3, 1-10 , nous avons Jésus et Nicodème (Je / tu);
dans les versets 11-21, Nicodème semble absent (nous / vous).
Dans ce chapitre de Jn, nous trouvons trois fois la formule “amen, amen, je te le
dis…” (v. 3.5.11), introduisant un développement de plus en plus long.

Question 2

Les v. 11-12 sont l’introduction solennelle de la révélation (voir note TOB sur v. 12).
Jésus est le seul révélateur (v.13) : lire les références à Pr 30,4 et Dt 30, 12 ainsi que Jn
1, 18 +.
L’élévation du Fils de l’Homme (v. 14-15) : lire Nb 21, 8-9 et Sg 16, 5-7). Comment
l’évangéliste prolonge-t-il sur ce point la pensée de l’auteur de la Sagesse (Sg 16, 6-7) ?
L’amour de Dieu et le rôle du Fils (v. 16-17) : lire ici Gn 22, 16; Rm 8, 32. Sur le rôle du
Fils, voir encore Jn 12, 47 et note TOB; la mission du Fils vise exclusivement le salut.
Croire ou ne pas croire (v. 18-19) : en BJ, lire la note sur Jn 3, 12 +.
Lumière et ténèbres (v. 19-21) : cf. Jn 8, 12 +.

Question 3

Il est le Fils de l’Homme : voir notes BJ et TOB sur Mt 8, 20 +.
Il doit être élevé (v.14) : cf. notes BJ et TOB; voir aussi Jn 8, 28 et 12, 32-34.
Il est le Fils unique (v.16), donné par Dieu, pour sauver le monde; il faut croire en lui
pour avoir la vie éternelle.
Il est la lumière venue dans le monde (cf. Jn 1, 5.9-11); c’est l’attitude que l’homme
prend devant lui qui le juge (v. 18); cf. Jn 5, 22-24

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s