A L’ECOUTE DE L’EVANGILE SEON SAINT MARC

milieu“Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des juifs, depuis les débuts en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu l’a consacré par l’Esprit Saint et rempli de force. Là où il passait, il faisait le bien et il guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du démon. car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Ils l’ont fait mourir en le pendant au bois du supplice. Et voici que Dieu l’a ressuscité le troisième jour…” (Ac 10, 37-40).

C’est ainsi que Pierre présente en quelques mots la Bonne Nouvelle devant le centurion Corneille. C’est cette même Bonne Nouvelle ( = Évangile) que Marc nous raconte dans le petit livret que nous nous proposons d’étudier et qui s’ouvre par ces mots : “Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu” (Mc 1, 1). Cette première ligne de l’Évangile nous en donne le plan. Le récit est, en effet, construit en deux parties avec, comme pivot, la “confession” de Pierre à Césarée (Mc 8, 27ss).

La première partie de l’Évangile se déroule en Galilée où la prédication et les actes de Jésus soulèvent de plus en plus fortement la question de son identité.

A Césarée, Jésus invite ses disciples à se prononcer et Pierre répond en leur nom : “Toi, tu es le Christ !” Mais cette première réponse ne suffit pas car le mot “Christ” est trop ambigu dans la bouche de Pierre. Aussi, en marchant vers Jérusalem, Jésus cherche à ouvrir progressivement les yeux de ses disciples : il est bien le Christ, mais il est aussi le “Fils de l’Homme”. Aussi la véritable réponse ne pourra être donnée qu’après sa mort. Et elle le sera dans la bouche d’un païen, le centurion au pied de la croix (Mc 15, 39).

Lire un Évangile

Le Père Delorme a écrit quelque part que l’on est habitué à consommer les Évangiles comme des ananas, c’est-à-dire en tranches, sans avoir suffisamment conscience que le morceau du texte qui nous est offert dans la liturgie ou qui a été choisi pour une étude, appartient à un ensemble plus vaste, cohérent et marqué par une pensée originale.

À la demande d’un groupe, j’ai donc tenté dans ce dossier de présenter tout l’Évangile selon saint Marc, en le découpant en un certain nombre d’unités qui respectent autant que possible la pensée de l’auteur. Celui qui s’est affronté à ce problème sait par expérience que ce travail n’est pas aisé. Marc, comme les autres Évangiles synoptiques, est composé de petites unités venant de la tradition et que le rédacteur de l’Évangile – ou déjà ses prédécesseurs – ont groupé d’une manière plus ou moins évidente pour nous.

Cependant malgré les difficultés et les risques de l’entreprise, il me semble que cette manière d’aborder un Évangile, en partant d’un ensemble plus vaste, peut se révéler bénéfique pour plus d’un lecteur qui découvrira ainsi le travail de la communauté chrétienne pour conserver et transmettre l’héritage venu de Jésus.

La meilleure présentation de l’Évangile selon saint Marc est sans aucun doute la lecture globale de cet Évangile. En parcourant à la suite les 16 chapitres de Marc, on a l’impression de courir derrière Jésus avec les disciples en cherchant à ne pas le perdre de vue. Tout se déroule tellement vite et d’une manière qui déroute souvent le lecteur.

À notre connaissance actuelle, Marc est probablement le premier qui ait cherché à présenter un exposé suivi des paroles et des événements de Jésus depuis le baptême de Jean-Baptiste jusqu’à la mort et à la Résurrection. Mais comme l’a dit J. Blinzer ”son livre n’est pas un simple récit historique, bien qu’il parle d’événements de l’histoire, mais il est en somme profession et témoignage de foi, donc en même temps, récit et interprétation ”.

Ce qu’il veut dire de Jésus à ses lecteurs, Marc l’a disposé dans un cadre géographique et chronologique très simple qui reprend la formulation du kérygme primitif. On peut le diviser en quatre parties : le ministère de Jésus en Galilée, la montée vers Jérusalem, la fin du ministère de Jésus à Jérusalem et, enfin, les événements de Pâques.

1. – Mc 1, 1-13 : le prologue de l’Evangile

Par trois petits tableaux, Mc introduit le lecteur auprès de Jésus. Un homme qu’il nous présente dans l’entourage de Jean-Baptiste, mais dont il nous fait déjà deviner quelque chose du mystère.

1) Comment Mc nous présente-t-il Jean-Baptiste ? Et Jésus ?
2) Quelle est la signification des v. 12-13 de ce petit prologue de Mc ?
3) Expliquer plus spécialement le premier verset (Mc 1,1).

Question 1

• Jean-Baptiste nous est présenté le premier; sa venue accomplit les promesses : il est le messager qui vient préparer le chemin (v. 2-3).
• Tous vont vers lui (v. 5); il apparaît comme un nouvel Élie (v. 6); voir les notes en TOB ou en BJ (celles sur le texte parallèle de Mt).
• C’est lui qui baptise, qui parle (v. 6-7).
• Jésus n’est présenté qu’au v. 9 : Jésus de Nazareth en Galilée; Mc n’a pas d’”Évangile de l’enfance”.
• Jésus vient se faire baptiser par Jean mais sa présentation est encadrée par deux déclarations : celle de Jean-Baptiste (v. 7-8 et les notes TOB) et celle de la voix venue du ciel (v. 11 et note TOB).
• Noter aussi l’opposition entre le baptême d’eau et celui d’Esprit (v. 8 et note TOB); cf. encore en BJ le renvoi à Ac 1, 5 +.

Question 2

• Le lien entre le baptême de Jésus et la tentation se lit dans les trois Évangiles synoptiques; il appartient à la tradition évangélique. Mais le récit de Mc est beaucoup plus court : voir la note sur Mc 1, 12 +.
• Sur les allusions à l’AT contenues dans le récit de Mc, voir les références données dans la note de BJ sur Mc 1, 12 ou en TOB, sur le v. 13.
• Sur le mot Satan, voir Jb 1, 6 + (cité en marge en BJ); en TOB, voir la note sur le mot.

Question 3

• Le premier verset de l’Évangile selon Mc condense en quelques mots ce que l’auteur va dire : la Bonne Nouvelle de Jésus, Christ, Fils de Dieu a commencé. Le baptême de Jean en marque le début : cf. Ac 10, 37.
• Sur la signification du mot Évangile, voir les notes de BJ ou TOB.
• Christ : voir la note en TOB; Jésus est ainsi celui qu’attendait depuis des siècles l’espérance d’Israël. Noter que Christ = Messie = Oint, c-à-d. celui qui a reçu l’onction, la mission de Dieu.
• Fils de Dieu : lire la note en TOB; en BJ, voir celle donnée sur Mt 4, 3 +.

2. – Mc 1, 14-45 : la première présentation de Jésus

Mc nous fait entrer dans le ministère de Jésus : la Bonne Nouvelle qu’il apporte se manifeste dans des gestes et dans des paroles qui frappent l’imagination de ceux qui en sont les témoins.

1) Expliquer les v. 14-15 en utilisant les notes et les références marginales données en BJ et en TOB.
2) Qu’est-ce qui vous frappe dans l’appel des premiers disciples de Jésus ?
3) Quelle présentation de Jésus Mc nous donne-t-il dans les v. 21-39 ? Que fait Jésus dans les v. 40-45 ?

Question 1

• Jésus prend le relais du Baptiste qui a été “livré” (ce mot laisse déjà entrevoir le sort de Jésus : voir la TOB qui nous renvoie à la note sur Mt 4, 12.
• Les foules allaient vers Jean-Baptiste; ici au contraire, c’est Jésus qui va vers les gens (1, 14).
• Sur la signification de la Galilée, voir en TOB la note sur Mt 4, 14.
• Sur la notion d’accomplissement, voir les notes BJ ou TOB sur Mc 1, 15.

Question 2

• Noter les verbes qui soulignent l’initiative de Jésus : il passait… il vit… il appela.
• La réponse des hommes : laissant… ils le suivirent.
• Pour ce schéma, voir la note TOB sur 1, 18 et le renvoi à celle de Mt 4, 20.
• On peut comparer ces appels avec celui d’Élisée par Élie : 1 R 19, 19-21.

Question 3

• Sur la composition de ce passage, voir la note TOB sur Mc 1, 40 : Mc nous donne la “journée de Capharnaüm” suivie d’un exemple typique de guérison en Galilée.
• Noter dans ce passage les indications de temps et de lieux (v. 21. 29. 32. 35) ; pour Mc, c’est une journée-type du ministère de Jésus.
• A partir du v. 39, il étend son activité à toute la Galilée et il donne (sans indication de temps ni de lieu) un exemple typique de la mission de Jésus : la purification du lépreux (cf la note TOB).
• Dans ce passage, Jésus enseigne (v. 21. 22; cf. 27. 38. 39)), il commande aux esprits impurs (v. 23. cf. 27. 34. 39), il guérit ( v. 31. 34. 41), il prie (v. 35; cf. v. 21).
• Jésus agit à Capharnaüm mais aussi dans toute la Galilée (v. 39); il agit dans une synagogue (v. 21 et 39), mais aussi à la maison (v. 29-31).
• Jésus est le Saint de Dieu (v. 24); voir les notes de BJ et TOB. En langage biblique, impur est tout ce qui s’oppose à la sainteté de Dieu (voir note BJ sur Lv 17, 1 +) Aussi les démons, les esprits impurs, sont dérangés par la seule présence de Jésus, le Saint de Dieu.

3. – Mc 2, 1 – 3, 6 : Un premier groupement de controverses

La présence et l’action de Jésus ne dérangent pas seulement les démons; elle mettent aussi en question l’autorité et le comportement des scribes et elles font déjà pressentir que Jésus est plus qu’un simple Rabbi.

1) Que contient cette section de l’évangile de Mc ? Quelles sont vos premières constations ? Voyez-vous une progression dans ce groupement ?
2) Sur quoi portent les affrontements et les discussions entre Jésus et ses adversaires ? Pourquoi Mc nous rapporte-t-il ces discussions ?
3) Étudier plus particulièrement la controverse que Mc a placée au centre du groupement (v. 18-22) : quelle est ici la prétention de Jésus ?

Question 1

• Mc groupe ici cinq petits récits (2, 1-12; 2, 13-17; 2, 18-22; 2, 23-28; 3, 1-6) où Jésus se heurte à des adversaires.
• Chaque fois, Jésus prend la parole et justifie sa position : il révèle ainsi sa mission (lire la note de TOB sur Mc 2, 1; cf. aussi celle sur Mc 2, 18).
• Noter les réactions des assistants en Mc 2, 12 et celle des Pharisiens et Hérodiens en Mc 3, 6 (voir la note de TOB).

Question 2

• Relever en chaque cas ce qui est reproché à Jésus : 2, 7. 16. 18. 24; 3, 2.
• Noter l’importance du sabbat (2 fois), celle du jeûne, du comportement à l’égard des pécheurs (publicains : note TOB sur Mc 2, 15) qu’un bon juif devrait éviter : Jésus se démarque ici sur des points importants de la vie juive à son époque.
• Remarquer pourquoi il le fait et comment il justifie sa conduite.

Question 3

• Sur la composition de cette troisième controverse, voir la note de TOB sur Mc 2, 18.
• Expliquer la réponse de Jésus (v. 19); voir la note de BJ sur Mt 9, 15 et le renvoi à Jn 3, 29 +; voir également la note TOB sur Mt 9, 15.
• Multiplier les jeûnes (voir la note de BJ sur Mt 9, 14 +), c’est ne pas comprendre le plan de Dieu : en Jésus, le Royaume est déjà présent. Mais il sera “enlevé” : sur ce mot, voir Is 53, 8.
• Les deux images qui suivent (v. 21 et 22) jouent sur l’opposition vieux / nouveau : Jésus oppose les usages du judaïsme à la nouveauté de l’Évangile qu’il apporte et qu’il est lui-même (Cf. la note sur Mc 1, 1).

4. – Mc 3, 7-35 : La vraie parenté de Jésus

À côté de l’opposition que présentaient les controverses, la première partie du ministère de Jésus rassemble les foules. Mais Jésus sait que tous ne sont pas prêts à le suivre jusqu’au bout. Il nous dit quelle est sa vraie famille.

1) À la lecture de ce passage, quelle image de Jésus percevez-vous ?
2) Quels sont les différents groupes qui interviennent ici ? Comment se situent-ils par rapport à Jésus ?
Expliquer Mc 3, 20-35 : comment est construite cette péricope ? Sur quoi porte le différent ? Comment Jésus répond-il ?

Question 1

• Jésus apparaît comme quelqu’un qui attire les foules (3, 7ss. 20) et en même temps comme quelqu’un de contesté (cf les controverses qui précèdent et ici Mc 3, 20-35; cf. la note TOB sur Mc 3, 7.
• Comparer Mc 3, 7-8 avec Mc 1, 5 : pour Jean-Baptiste, seuls les Juifs de Judée allaient vers lui; au contraire, Jésus rassemble autour de lui toutes sortes d’hommes.
• Une autre image chère à Mc : Jésus est entouré de ses disciples : 3, 7; cf 1, 21. 29; 3, 14 et la note TOB sur ce verset.
• Jésus est reconnu par les esprits impurs (3, 11), mais il est méconnu par les scribes de Jérusalem.

Question 2

• Il y a les disciples qui “sont avec lui” : 3, 14 et notes BJ et TOB.
• Les foules qui recherchent sa présence, spécialement les malades (3, 10).
• Les esprits impurs qui savent qui il est (3, 11 et note TOB).
• Sa parenté pour qui il “a perdu la tête” (3, 20-21 et note TOB sur 3, 20).
• Les scribes de Jérusalem qui le traitent de possédé : 3, 22; cf. note TOB sur 3, 20.

Question 3

• Sur la construction de ce passage, voir la note TOB sur Mc 3, 20.
• La discussion porte sur l’origine du pouvoir de Jésus. Le pouvoir n’est pas nié par les scribes, mais pour eux, il vient du démon (v. 22 et 30).
• Le lecteur de Mc en connaît l’origine : c’est l’Esprit reçu au baptême (Mc 1, 10) qui lui permet d’affronter victorieusement Satan (cf. déjà Mc 1, 12-13).
• Jésus répond à ses contradicteurs par des paraboles (v. 23 et note TOB) : ou bien, Satan est divisé et alors c’en est fait de lui; ou bien, il y a quelqu’un de plus fort que Satan (cf. note TOB sur 3, 27, qui nous renvoie à Mc 1, 7 et à la note).
• Face à cette révélation, la parenté de sang avec Jésus ne suffit plus (v. 33-35); il faut “faire la volonté de Dieu”, c-à-d. ici, il faut accueillir le témoignage de Jésus.

5. – Mc 4, 1-34 : Il parlait en paraboles.

Mc nous donne ici une série de cinq paraboles. Elles sont adressées à la foule mais seuls les disciples recevront – à part – l’explication qui leur permet de comprendre ce que Jésus veut dire.

1) Où se trouve Jésus ? À qui s’adresse-t-il ? Relever les différents groupes mentionnés par l’Évangéliste.
2) Pourquoi, selon Mc, Jésus s’adresse-t-il aux foules en paraboles ? Que fait-il pour les disciples ? Pourquoi ?
3) Expliquer les deux dernières paraboles.

Question 1

• Jésus est au bord de la mer; il est dans la barque (4, 1 et 4, 35); mais en Mc 4, 10ss, il se trouve “à l’écart” : voir la note TOB sur Mc 4, 10.
• Autour de Jésus, il y a une foule nombreuse (Mc 4, 1-2; cf. 1, 37; 2, 2. 13. 15; 3, 7. 8. 20. 32); il y a aussi les Douze et un groupe plus large de disciples (Mc 4, 10 et la note TOB sur le mot “Douze”); il y a enfin “ceux du dehors” : Mc 4, 11 et note TOB.
• D’après Mc, Jésus s’adresse à tous en 4, 1-9 et 4, 26-33, mais il réserve son enseignement aux disciples en 4, 10-25 et 4, 34.

Question 2

• Jésus veut enseigner la foule (4, 1-2. 33) : voir les notes TOB sur Mc 4, 2 et 4, 34. Mais la majorité des auditeurs sont incapables de comprendre le mystère du Royaume (v. 11 et les notes TOB).
• Le mystère de la personne de Jésus dépasse les possibilités de la raison humaine, il ne peut être reçu que comme un don.
• Selon Mc, cette situation accomplit Is 6, 9-10 : voir la note BJ sur Is 6, 10 + et celle de TOB sur Mc 4, 12.
• Aux Douze et aux disciples (ceux de son entourage : 4, 10), la connaissance du mystère est donnée : 4, 11.
• Mais même pour eux, cette connaissance ne va pas de soi : 4, 13 et notes BJ et TOB.
• Les v. 22-25 soulignent la responsabilité de ceux qui ont reçu cette connaissance du mystère : voir en BJ les notes sur Mc 4, 21 + (ancienne édition : sur 4, 25 +) et en TOB sur Mc 4, 21 et 22.

Question 3

• Sur la parabole de la semence (v. 26-29), voir la note TOB sur 4, 26 et en BJ sur Mc 4, 29 +.
• Pour la parabole du grain de sénevé : voir TOB sur Mc 4, 31.
• Ces deux paraboles nous apprennent quelque chose sur le Royaume annoncé par Jésus : chercher à le préciser (cf. les notes de BJ et TOB).

6. – Mc 4, 35 – 5, 43 : Quatre miracles de Jésus

Jésus n’est pas simplement quelqu’un qui enseigne, même si Mc souligne souvent cet aspect. Il agit aussi avec puissance. L’Évangéliste groupe ici quatre miracles de Jésus qui nous font découvrir l’autre face de sa mission.

1) Pourquoi Mc groupe-t-il ici ces quatre miracles ? Où sont-ils situés ? Qui en sont les
témoins ?
2) Comment Jésus nous est-il présenté en Mc 5, 1-20 ?
3) Quels liens voyez-vous entre les deux miracles racontés en Mc 5, 21-43 ?

Question 1

• Noter le lien que l’Évangéliste fait avec le discours en paraboles (cf. Mc 4, 35) : Jésus se révèle non seulement par son enseignement, mais aussi par ce qu’il fait (cf. la note TOB sur Mc 4, 35).
• Chercher à suivre sur une carte l’itinéraire de Jésus : il quitte la Galilée et passe dans la Décapole (en pays païen) où il délivre le démoniaque; il retourne en Galilée (cf. note TOB sur Mc 5, 1) : Jésus manifeste ainsi sa puissance sur la mer, en pays païen et en pays juif.
• Ces miracles – comme les paraboles – sont d’abord destinés aux disciples (cf. 4, 11. 34) qui sont avec lui dans la barque (4, 36); qui l’accompagnent sur l’autre rive (5, 1), puis chez Jaïre (5, 31. 40). Mc note aussi leurs réactions : 4, 41 et 5, 42. Ces miracles soulèvent le voile de l’identité de Jésus : voir note TOB sur Mc 4, 41.

Question 2

• Jésus a l’initiative de ce voyage (4, 35 et 5, 1); sa présence sur la terre païenne provoque le démon. Comparer cette scène avec Mc 1, 23ss et relever les points communs; le démon connaît Jésus (v.7). Sur l’expression “Fils de Dieu”, voir la note TOB sur Mc 5, 7 ou celle de BJ sur Mt 4, 3 +.
• Le récit souligne la puissance de Jésus qui dépasse de beaucoup celle, pourtant redoutable, du démon (cf. Mc 5, 3-5. 9) : le possédé se prosterne devant Jésus (v. 6); le démon doit dire son nom (v. 9 et note TOB) et sortir de l’homme (v. 13).
• Remarquer l’attitude des gens devant l’action de Jésus : v. 15. 17. 20.
• Comparer ce récit avec Mc 3, 23-27.

Question 3

• Sur la construction de Mc, voir la note TOB sur Mc 5, 25 : l’insertion des v. 25-34 permet l’évolution du premier récit (des v. 22-25 à v. 35ss).
• Dans les deux récits, Jésus intervient en faveur de personnes qui ont épuisé tout ce que l’on peut faire humainement (v. 22 et 26).
• Le contact de Jésus apporte la vie : v. 27-32 (4 fois “toucher”) et v. 41.
• Noter l’appel à une foi plus grande : la femme est invitée à passer d’une attitude un peu magique (v. 28) à une vraie rencontre avec Jésus : cf. v. 32-35 et note TOB sur 5, 28; Jaïre passe de la foi qu’il exprime en 5, 23 à celle que Jésus lui demande au v. 36 (cf. note TOB sur le v. 35).
• Remarquer en BJ, par deux fois sur ce récit, la référence marginale à Mt 8, 10 +.

7. – Mc 6, 1-29 : La mission de Jésus et celle de Jean-Baptiste

Toujours revient la question de l’identité de Jésus : qui est cet homme ? C’est ce qui échappe aussi bien à ceux qui l’ont connu depuis longtemps qu’à Hérode. Mais le récit de la passion de Jean-Baptiste annonce déjà quelque chose du parcours de Jésus.

1) Quels liens voyez-vous entre cette section (Mc 6, 1-29) et ce qui précédait ?
2) Relever dans ce passage tout ce qui est dit de Jésus et réfléchir sur ces affirmations.
3) Comment comprendre le long récit que Mc consacre ici à Jean-Baptiste ?

Question 1

• Voir la note de TOB sur Mc 6, 1. Mais on pourrait sentir également l’opposition entre la foi de Jaïre et de la femme (Mc 5, 21-43) et l’incrédulité des compatriotes de Jésus (Mc 6, 1-6; cf. la note TOB sur 6, 5).
• Jésus pourtant continue sa mission, comme le semeur (cf. Mc 4, 3ss) : Mc 6, 1. 6b.
• La mission des Douze (Mc 6, 7ss) peut être mise en lien avec Mc 3, 14-15, où Jésus établissait les Douze “pour être avec lui et pour les envoyer prêcher avec pouvoir de chasser les démons.”
• En Mc 6, 17ss, la “passion” de Jean-Baptiste, déjà annoncée en Mc 1, 14, laisse pressentir au lecteur ce que sera le sort de Jésus : voir note TOB sur Mc 6, 17.

Question 2

• Jésus a une “patrie” (v. 1); il et connu comme le charpentier (v. 3), le fils de Marie (voir note TOB sur 6, 3); on connaît aussi sa famille (v. 3); cf. en BJ la note sur Mt 12, 46 + et en TOB, celle sur Mc 6, 3.
• Jésus donne mission et pouvoir aux Douze : 6, 6-13.
• Hérode et d’autres se posent la question de l’identité de cet homme; Hérode le compare à Jean-Baptiste, à Élie ou à un des prophètes du passé (v. 14-15); cf. les notes de BJ sur Mt 16, 14+; en TOB, voir les notes sur Mc 6, 15.

Question 3

• Sur l’insertion faite par Mc, voir la note TOB sur Mc 6, 14. Mc a placé ce récit consacré à Jean-Baptiste entre le départ en mission des Douze et leur retour.
• C’est le seul récit de Mc qui ne soit pas consacré à Jésus : voir la note TOB sur 6, 17.
• La manière dont Mc parle de la “passion” de Jean-Baptiste annonce déjà celle de Jésus (arrêté, enchaîné, tué, mis au tombeau).
• Pour Mc (cf. Mc 9, 11-13 et note TOB sur 9, 13), avec Jean-Baptiste s’est accompli le retour d’Élie, le précurseur du Messie : cf. Ml 3, 23-24.

8. – Mc 6, 30-56 : Autour de la première multiplication des pains

Ici commence ce que l’on appelle “la section des pains” (qui se continue jusqu’à Mc 8, 26). Au retour de la mission des Douze, Jésus se retrouve avec eux face à une foule qui le cherche. Jésus se révèle alors comme le pasteur qui prend soin de ses brebis.

1) Suivre l’itinéraire de Jésus. Quel est le rapport entre Jésus et ses disciples ? Et quelle est la place de la foule ?
2) Repérer dans ces passages les nombreuses allusions à l’Ancien Testament : quel éclairage ces allusions apportent-elles ?
3) À quoi devaient penser les lecteurs de Mc en lisant Mc 6, 41-43 et 6, 45-50 ? Quel enseignement y voyez-vous ?

Question 1

• L’itinéraire est difficile à suivre sur une carte : Jésus part avec les apôtres dans “un lieu désert” (v. 31. 32; cf. v. 35); il reste à terre (v. 45) après les avoir fait embarquer et il va dans la montagne pour prier (v. 46); il rejoint les apôtres sur la mer (v. 48ss) et arrive avec eux à Gennésareth (v. 53 – comparer avec v. 45) et il parcourt la région (v. 56).
• On peut aussi relever les verbes où Jésus est avec les apôtres (v. 32. 52-53) et ceux qui concernent seulement Jésus : v. 34. 37. 38. 41. 45. 46. 48. 50-51.
• La foule recherche Jésus (v. 31. 33-34) surtout pour son pouvoir de guérison (v. 54-56); Jésus l’accueille, l’enseigne (v. 34); il la nourrit et invite ses disciples à faire de même (v. 37 et note TOB).

Question 2

• L’image du berger : en BJ voir Mt 9, 36 (donné en marge); en TOB, voir les notes sur les v. 34 et 39
• Le miracle d’Élisée : en BJ, voir les références et notes sur Mt 14, 13; en TOB, lire les notes sur les v. 35 et 43.
• La manne : en BJ, cf. Mt 14, 13; en TOB, voir la note sur le v. 40.
• La maîtrise de la mer : voir note TOB sur le v. 48.
• Les contacts avec Moïse : voir notes TOB sur les v. 48 et 50.
• Une telle accumulation d’allusions AT n’est pas fortuite : l’Évangéliste veut présenter cette action de Jésus comme un moment important de l’histoire du salut.

Question 3

• En Mc 6, 41-43 : référence à l’Eucharistie : cf. note TOB sur le v. 41.
• En Mc 6, 45-50 : la barque est au milieu de la mer, le vent est contraire : c’est probablement une allusion à la situation difficile de l’Église de Mc; le Seigneur paraît absent, mais pourtant il voit (v. 48) et il viendra à la quatrième veille : cf. Mc 13, 35 et la note TOB sur Mc 6, 48.
• En rappelant ce que Jésus a fait et dit, Mc l’inscrit dans l’histoire du peuple de Dieu (de l’AT et d’aujourd’hui); il nous invite à découvrir la présence salvatrice de Jésus dans le culte et la vie de l’Église.

9. – Mc 7, 1-37 : Face au pur et à l’impur

Jésus n’a pas craint de s’écarter des traditions pharisiennes concernant le pur et l’impur. Les disciples, et en particulier ceux venus du monde païen, se rappelleront volontiers cet enseignement du Maître.

1) Comment est construit ce passage de Mc ? Relever les oppositions qu’il contient. Quelle
est la phrase la plus importante ?
2) Quels liens peut-on voir entre Mc 7, 1-23 et 7, 24-37 ?
3) Quelle signification prend ici la guérison du sourd-muet (v. 31-37) ?

Question 1

• Un fait divers (v. 2) que Mc explique pour ses lecteurs (v. 3-4); puis vient la question posée à Jésus (v. 5) et sa réponse (v. 6-13). Jésus donne ensuite un enseignement à la foule (v. 14-23), puis aux disciples.
• La tradition des anciens (v. 3. 4. 5. cf. v. 8. 9. 13) est opposée, selon Jésus, au commandement de Dieu (v. 8. 9. 13)
• Noter aussi : extérieur à l’homme (v. 15. 18) et intérieur (= le “coeur” aux v. 21-23); impur (v. 2. 5. 15. 18. 20. 23) et pur (v. 19).
• Le centre du passage est dans les v. 14-15; il sera explicité dans les v. 18-19, puis dans les v. 20-23.

Question 2

• Jésus se trouve d’abord dans le pays des juifs où il s’oppose aux Pharisiens et scribes; de là, il passe dans le territoire des païens : voir les notes TOB sur les v. 24 et 31.
• Contesté par les Pharisiens et les scribes, Jésus est recherché par la femme païenne (v. 25-26) et par les gens de la Décapole (v. 32).
• Les paroles de Jésus concernant le pur et l’impur devaient avoir une grande importance pour la vie dans les communautés primitives : voir la note TOB sur le v. 19.

Question 3

• Sur la place donnée à ce récit en Mc et plus précisément dans la “section des pains”, voir la note TOB sur le v. 32.
• Mc nous montre ainsi Jésus accomplissant Is 35, 5-6 : voir les références de BJ sur ce texte.
• Mais la guérison du sourd-muet est aussi symbolique : alors que les Pharisiens et les scribes – et même les disciples – ne comprennent pas l’enseignement de Jésus sur le pur et l’impur (cf. 7, 18), Jésus ouvre les oreilles d’un sourd !
• Comparer Mc 7, 37 avec Gn 1, 31 : quelle “image” de Jésus ce rapprochement nous donne-t-il ?

10. – Mc 8, 1-26 : Le deuxième miracle des pains

Dans l’Évangile de Mc – comme dans celui de Mt – nous rencontrons deux récits de la multiplication des pains. Et ces récits sont très proches par la structure et les thèmes. Quelle signification Mc veut-il donner à cette répétition ?

1) Comparer Mc 8, 1-26 avec Mc 6, 30 – 7, 37 et relever ce qui vous paraît semblable et ce qui est différent ? Comment comprendre cette composition ?
2) Comparer plus spécialement les deux récits du miracle des pains en Mc 6, 30-44 et Mc 8, 1-10 : qu’est-ce qui est particulier au second récit ?
3) Quelle signification Mc reconnaît-il à la guérison de l’aveugle en 8, 22-26 ?

Question 1

• Sur la construction de tout ce passage, voir la note de TOB sur Mc 6, 30 : Jésus nourrit les foules (Mc 6, 30-44 / 8, 1-9); la traversée du lac (Mc 6, 45-56 / 8, 10); la controverse avec les Pharisiens (Mc 7, 1-23 / 8, 11-13); la discussion sur le pain (Mc 7, 24-30 / 8, 14-21); une guérison ( Mc 7, 31-37 / 8, 22-26).
• On appelle habituellement ce passage “la section des pains “ : le mot “pain”revient 17 fois (Mc 6, 38. 41. 44. 51; 7, 2. 5. 27.; 8, 6, 14, 17. 19); le texte contient deux récits du miracle des pains et des paroles de Jésus sur le pain.
• Jésus nourrit les foules dans le désert (Mc 6, 35 et 8, 4); il se révèle ainsi à ses disciples comme le pasteur donné par Dieu (voir la note de TOB sur Mc 6, 34), mais ceux-ci ne comprennent pas encore.

Question 2

• Sur ces textes, voir la note BJ sur Mt 14, 13 +; en TOB, lire les notes sur Mc 6, 35 et Mc 8, 1.
• pour les particularités du second récit : noter en 8, 3 “certains sont venus de loin” (voir la note TOB sur Mc 8, 3); “rendre grâces” (Mc 8, 6 et la note TOB); “sept corbeilles” (Mc 8, 8 et la note TOB).
• Sur l’intérêt que pouvait avoir ce récit pour les communautés primitives, voir la note de TOB sur Mc 6, 35.
• A noter également toute l’importance que l’Évangéliste accorde à cette “section des pains” : Mc 6, 30 – 8, 21.

Question 3

• Remarquer l’insistance au cours de cette “section des pains” sur l’incompréhension des disciples : Mc 6, 52; 7, 18; 8, 17-18. 21.
• En BJ, nous trouvons 4 fois dans la marge la référence à Mc 4, 13 +.
• La guérison de l’aveugle montre que Jésus seul peut ouvrir les yeux des disciples et encore, cela se fait difficilement et progressivement : voir la note TOB sur Mc 8, 22.

11. – Mc 8, 27 – 9, 13 : Jésus, le Messie souffrant

La reconnaissance de Jésus comme Messie marque un tournant important dans le cheminement des disciples. Mais Pierre et les Douze n’imaginent pas le Messie comme celui qui doit monter à Jérusalem pour y mourir.

1) On a pu dire que ce passage est le centre de tout l’Évangile de Mc : rechercher quels sont
les liens de Mc 8, 27 – 9, 13 avec ce qui précède.
2) Comparer Mc 8, 27-30 avec les deux péricopes qui l’encadrent : quel éclairage en reçoit la
confession de Pierre ?
3) Comment Mc 8, 34 – 9, 1 tire-t-il les conséquences de la révélation que Jésus vient de faire
sur lui-même ?

Question 1

• La question de l’identité de Jésus est posée tout au long de l’Évangile de Mc : comparer en particulier les différentes opinions exprimées sur Jésus en Mc 6, 14-16 avec Mc 8, 27-28. Jésus commence ici à révéler plus profondément aux disciples sa véritable identité : Mc 8, 31; cf. 9, 31 et 10, 33.
• La place donnée à Jean-Baptiste : Mc 8, 27 et 9, 11-13 (cf. en BJ Mt 17, 13; en TOB, lire la note sur Mc 9, 13) à comparer avec Mc 6, 17-29; cf. encore Mc 1, 14.
• La proclamation de Dieu à la Transfiguration : Mc 9, 7 : lire la note sur Mc 9, 2 + ; en BJ, voir aussi le récit parallèle en Mt, qui nous renvoie à Mt 3, 17; en TOB, lire la note sur Mc 9, 7.
• Le choix de Pierre, Jacques et Jean : Mc 9, 7; cf. Mc 5, 37 +; voir encore Mc 14, 33.

Question 2

• Sur le sens de la déclaration de Pierre (Mc 8, 29), voir la note TOB ainsi que le renvoi à Mc 1, 1.
• En Mc 8, 22-26, Jésus ouvrait les yeux d’un aveugle; c’est une guérison difficile et progressive : Pierre, comme les autres disciples, n’est pas encore complètement guéri de sa “cécité”; il commence seulement à percevoir quelque chose du mystère de Jésus (cf. Mc 8, 24).
• En Mc 8, 31-33, Jésus doit compléter et corriger la confession de Pierre (note TOB sur le v. 30); il révèle quel Messie il doit être (note TOB sur le v. 31).
• La réaction de Pierre (Mc 8, 32) montre comment il comprenait le titre qu’il vient de donner à Jésus (lire les notes TOB sur 8, 32 et 33)

Question 3

• Remarquer le lien entre l’annonce de la Passion et les paroles sur le sort du disciple (cf note TOB sur 8, 34, qui nous renvoie à Lc 9, 23).
• Pour Mc, Jésus s’adresse ici non seulement à ses disciples (cf. 8, 27), mais aussi à la foule (8, 34; cf. Lc 9, 23).
• Etre disciple, c’est suivre Jésus, et plus précisément suivre le Messie crucifié (v. 34 et la note TOB sur le mot “croix”). Quand Mc écrit, il pense peut-être à la mort de Pierre (et des autres chrétiens) pour l’Évangile.
• Sur le “Fils de l’Homme” (8, 38), cf. Mc 8, 31 et la note TOB.

12. – Mc 9, 2-29 : Le Fils bien-aimé plus fort que le mal

L’épisode de la Transfiguration est comme une lumière dans ce contexte sombre des annonces de la Passion. Le Fils bien-aimé du Père est plus fort que le mal comme le montrera la guérison du démoniaque.

1) Sur quoi Mc met-il l’accent dans le récit de la Transfiguration ?
2) Quelle est la difficulté des disciples au sujet du retour d’Élie ? Quelle était leur attente ?
Que leur annonce Jésus ?
Relever dans le récit de Mc 9, 14-19 tout ce qui est dit de Jésus ? Quelle image de Jésus Mc
veut-il nous donner dans ce passage ?

Question 1

• Sur la Transfiguration, voir la note de BJ et TOB.
• Remarquer comment Mc souligne le lien entre Jésus et les trois privilégiés : ils sont seuls avec lui (v. 2); Jésus est avec eux (v. 8).
• La scène de la Transfiguration fait le pendant de la confession de Pierre à Césarée : dans les deux cas, il y a une déclaration sur Jésus (par Pierre, en Mc 8, 29; par “la voix” en Mc 9, 7) suivie chaque fois de l’incompréhension des disciples.

Question 2

• Sur l’attente du retour d’Élie : voir Ml 3, 23-24 et Si 48, 10
• Voir aussi la note de TOB sur Mc 9, 11.
• La pensée de Jésus est exprimée dans les v. 12-13 : il demande aux disciples comment ils concilient l’attente juive d’Élie (voir note TOB sur le v. 12) avec le fait que le Fils de l’homme doit souffrir. Pour Mc, ceci appartient au plan de Dieu révélé dans les Écritures (v. 12; cf. les notes TOB sur 9, 12 et 13).
• Ainsi pour Jésus – et pour l’Évangéliste – le sort de Jean-Baptiste préfigurait celui de Jésus (cf. Mc 1, 14 et la note sur “livré”; Mc 6, 17ss et la note TOB sur le v. 17).

Question 3

• C’est le quatrième exorcisme que Mc rapporte : cf. 1, 23ss; 5, 2ss; 7, 24ss.
• la foule accourt vers Jésus; elle est remuée (le même mot se lit en Mc 14, 33 et Mc 16, 5-6).
• L’homme avait amené son fils à Jésus : v. 17 : “je t’ai amené…”
• C’est Jésus qui conduit le dialogue : v. 16 et 21s.
• Jésus menace et expulse l’esprit muet que les disciples n’avaient pu chasser ; voir la note TOB sur le v. 18, qui nous renvoie à Mc 3, 27 : le démon est “le fort”, mais Jésus est “le plus fort”, cf. note TOB sur Mc 3, 27.
• A noter encore les v. 26-27 : l’enfant est comme mort, mais Jésus le relève ( = le “ressuscite”).

13. – Mc 9, 30-50 : la deuxième annonce de la Passion

Jésus est en route vers Jérusalem. Pour la deuxième fois, il annonce à ceux qui le suivent le destin qui l’attend dans la ville sainte. Mais l’esprit des disciples reste fermé à cette perspective.

1) Comparer cette deuxième annonce de la Passion avec la première: quelles différences voyez-vous ? Quels éléments retrouvez-vous ?
2) Après l’annonce de la Passion et l’incompréhension des disciples, Mc place un enseignement de Jésus aux Douze : quelle est la signification des v. 35-37 ?
La question de Jean (v. 38) fait rebondir le dialogue : que retenir des v. 38-50 ?

Question 1

• La première annonce avait lieu à Césarée de Philippe (cf. 8, 27), au nord de la Galilée; ici Jésus traverse la Galilée (v. 30) : il est sur le chemin de Jérusalem.
• La seconde annonce est plus concise, moins détaillée; elle est probablement plus proche des paroles de Jésus.
• La première disait “il faut que le Fils de l’Homme soit livré…”; ici Jésus dit : “Le Fils de l’Homme est livré… (comparer avec Rm 8, 32; cf. Jn 3, 16). On pourrait sans doute traduire : Dieu a livré le Fils de l’Homme aux mains des hommes; tel est le dessein de Dieu pour triompher du mal par des moyens étonnants.
• Comme lors de la première, ici non plus les disciples ne comprennent pas : v. 32 et v. 33-34.

Question 2

• Noter le début du v. 35 qui souligne l’importance : Jésus s’arrête, il appelle les Douze.
• Le v. 34 parlait du “plus grand ”; le v. 35 oppose le premier au dernier ; au v. 37 il est question de l’accueil d’un enfant au nom de Jésus. Il y a donc une certaine incohérence dans ce passage, mais toutes ces paroles de Jésus soulignent le changement de comportement qu’il propose à ceux qui veulent suivre le Fils de l’Homme (cf. v. 31).
• Sur la notion de l’enfant, voir la note TOB sur le v. 37, qui nous renvoie à celle sur Mt 18, 3.

Question 3

• La BJ nous donne en marge de Mc 9, 38 la référence de Nb 11, 28 : comme Moïse, Jésus dénonce l’étroitesse de vue des disciples.
• Sur l’invocation du nom de Jésus : voir Ac 3, 16 + (cité en marge dans BJ).
• Les v. 42-50 regroupent plusieurs paroles sur le scandale; sur ce mot, voir la note de TOB sur Mt 5, 29.
• Le scandale peut mettre en danger un “petit”, c-à-d. un chrétien faible dans sa foi (v. 42) ou être une occasion de péché pour soi-même (v. 43-48)
• Noter l’opposition entre : entrer dans la vie / être jeté dans la géhenne (v. 43. 45. 47) qui marque l’enjeu.
• Sur la géhenne: voir Is 66, 24 (en marge dans BJ) et en TOB la note sur Mt 5, 22.

14. – Mc 10, 1-31 : Sur le chemin de Jérusalem : trois paroles de Jésus

C’est sur le chemin vers Jérusalem que Mc place ces paroles de Jésus qui témoignent de la réflexion de l’Église primitive : comment suivre concrètement le chemin ouvert par le Fils de l’Homme.

1) Dans la parole sur le divorce, relever ce qui est particulier à Mc (en faisant une comparaison rapide avec le texte parallèle de Mt) et expliquer.
2) Quel est l’enseignement des v. 13-16 ? Expliquer l’attitude des disciples.
3) Comment est construit l’enseignement sur la richesse (v. 17-31) ? Que faire pour avoir la vie éternelle ?

Question 1

• Selon Mc la demande des Pharisiens est un piège (v. 2 et la note de TOB).
• Chez Mt, la question est différente : à quelle condition peut-on répudier (cf Mt 19, 3 et note TOB sur ce verset); chez Mc, comme chez Lc (cf. Lc 16, 18 et note TOB), la question porte sur le fait même de la répudiation.
• Remarquer que les Pharisiens demandent à Jésus s’il est permis (v. 3-4) alors que Jésus leur demande ce que Moïse a prescrit : voir note TOB sur Mc 10, 4.
• Jésus justifie son point de vue par la Loi de Moïse : Gn 1, 27 et 2, 24.
• Noter l’enseignement particulier donné aux disciples “à la maison “: la BJ donne en marge la référence à Mc 7, 24 +; sur le v. 12, voir la note BJ.

Question 2

• La pensée de Jésus nous est transmise ici non seulement par ses paroles mais aussi par son comportement.
• Pour comprendre l’attitude des disciples (v. 13), voir la note TOB sur le v. 15 et spécialement la fin de cette note.
• Comparer Mc 10, 14 avec Mt 5, 3 !
• A noter au v. 15 : “qui accueille…” (au présent)… entrera (futur) ; le Royaume est une réalité à accueillir maintenant afin d’y entrer à l’avenir.

Question 3

• Le texte oppose la démarche de l’homme riche (v. 17-22) à celle de Pierre et des disciples (v. 28-30) : remarquer l’inclusion “vie éternelle” dans les v. 17 et 31.
• Le riche observe la Loi, mais il ne se sent pas capable de “suivre Jésus” (v. 21) à cause de ses richesses. Au contraire, Pierre – et les disciples – ont suivi Jésus (v. 28; cf. v. 29), “à cause de moi et de l’Évangile “.
• Noter comment Jésus élargit la question (comparer les deux paroles de Jésus dans les v. 23 et 24) : il n’y a pas que les richesses qui peuvent être un obstacle pour répondre à l’appel de Dieu; cf. la parabole de la semence : Mc 4, 1ss et 4, 14-19.
• A noter encore la mention de la persécution au v. 30 : voir la note de TOB.

15. – Mc 10, 32-52 : La troisième annonce de la Passion

Pour la troisième fois Jésus annonce sa Passion et pour la troisième fois l’Évangéliste souligne l’incompréhension des disciples. C’est qu’il n’est pas facile de se faire à l’idée d’un Messie qui doit souffrir.

1) Que retenir de cette troisième annonce de la Passion ?
2) Qu’est-ce que le passage de Mc 10, 35-45 nous apprend sur Jésus et sur les disciples ?
3) Montrer comment la guérison de l’aveugle est à la fois la conclusion de cette section de
l’Évangile et l’ouverture de celle qui va suivre.

Question 1

• Noter la progression géographique : on approche de Jérusalem, mentionnée ici pour la première fois (10, 32; comparer avec 8, 27ss et 9, 30ss).
• sur l’attitude des disciples (v. 32), voir la note TOB; comparer avec Mt et Lc.
• Chez Mc le schéma est toujours le même : annonce de la Passion par Jésus / incompréhension des disciples / enseignement sur la manière de suivre le Christ : ici les v. 33- 34 / 35-37 / 38-45.
• La troisième annonce est plus précise : voir la note TOB sur Mt 20, 19; cette annonce résume en quelques mots le récit de la Passion (voir Mc 14, 43-44. 64; 15, 1-2. 16ss. 25; 16, 1ss) . Cette description détaillée du sort du Fils de l’Homme donne encore plus de relief à la demande de Jacques et de Jean (v. 36).

Question 2

• Ce sont Jacques et Jean qui font preuve d’incompréhension (cf. en BJ Mc 4, 13 +, cité en marge), comme le faisait Pierre en Mc 8, 32-33. Ainsi ceux qui sont les plus proches de Jésus (cf. Mc 5, 37 et 9,2) sont eux aussi incapables d’entrer dans le mystère de Jésus.
• Sur l’attitude des autres du groupe : cf. 10, 41 et déjà 9, 33s.
• Jésus ne rejette pas la demande de Jacques et Jean; il cherche à leur faire comprendre ce que veut dire “être avec lui “(v. 38-40); même attitude à l’égard des Douze (v. 42ss) : la seule hiérarchie à désirer est celle du service, à la suite du Fils de l’Homme serviteur (v. 45), soumis entièrement au Père (v. 40 et notes TOB).
• Sur l’image de la coupe et du baptême, voir les notes de BJ et TOB.
• Sur l’importance de cette parole de Jésus (v. 45) voir note TOB; en donnant sa vie, Jésus se présente comme le “go’el” de tous les hommes (Is 41, 14 +; Mt 20, 28 +).

Question 3

• Jéricho, dernière étape vers Jérusalem (cf. 11, 1); pour la première fois, Jésus accepte le titre messianique de “Fils de David” (note TOB sur v. 47); comparer avec Mc 8, 30 et note TOB.
• En Mc ce récit est le parallèle de celui de Mc 8, 22-26 (propre à Mc); ainsi les trois annonces de la Passion sont encadrées par deux guérisons d’aveugles. Conscient de sa cécité, l’aveugle demande la guérison et peut ainsi “suivre Jésus” : il devient ainsi un exemple pour les disciples.

16. – Mc 11, 1-26 : L’entrée à Jérusalem et la purification du Temple

Jésus arrive au terme de son chemin vers Jérusalem; c’est là que se fera l’accomplissement de son destin. L’entrée dans la ville prend une dimension solennelle par les références à l’Ancien Testament.

1) Comment Mc nous présente-t-il Jésus dans son entrée à Jérusalem ?
2) Pourquoi Jésus purifie-t-il le Temple ? Qu’est-ce qui est propre à Mc dans ce passage ?
3) Comment comprendre l’histoire du figuier ? Et les autres paroles (v. 23-25) ?

Question 1

• C’est Jésus qui prend l’initiative de cette entrée; Mc souligne que tout se passe bien comme Jésus l’avait annoncé.
• Le mont des Oliviers : c’est là, selon Za 14, 4, qu’arrive le Seigneur.
• L’entrée sur un ânon – et non sur un cheval, monture de guerre et de prestige – nous renvoie à Za 9, 9s; cf. les notes de BJ et TOB sur Mt 21, 5 +; voir aussi Gn 49, 11.
• Ici Jésus est appelé “Seigneur” (v. 3 et note TOB).
• Sur le sens de l’acclamation : Jésus est présenté comme le Messie qui entre dans sa ville (note TOB sur v. 10); comparer encore Mc 11, 8 avec 1 R 1, 33 et 2 R 9, 13 .
• Selon Mc, la purification du Temple n’a pas lieu immédiatement : Jésus regarde (v. 11 et note TOB) autour de lui et sort de la ville.

Question 2

• Sur le sens du geste de Jésus (v. 15 et note TOB, avec le renvoi à Za 14, 21 où il est question de la fête des Tentes qui deviendra universelle dans un Temple purifié.
• Jésus veut empêcher le trafic dans le Temple – plus exactement dans le parvis des païens -; de plus, il interdit d’utiliser le Temple comme lieu de passage (v. 16 et note TOB).
• Mc seul ajoute “maison de prières pour toutes les nations “ comme le disait Is 56,7.
• A noter encore les deux mentions de l’enseignement de Jésus (v. 17 et 18) et son effet sur la foule.

Question 3

• L’histoire du figuier encadre la purification du Temple : Mc utilise plusieurs fois ce genre de construction : voir note TOB sur Mc 3, 20.
• Le sort du figuier laisse deviner ce qui adviendra du Temple où le Messie ne trouve pas les fruits qu’il cherche. Sur ce passage, voir la note de TOB : c’est un geste symbolique, un “signe” que les disciples (qui écoutaient : v. 14) ne comprendront que plus tard.
• Le figuier, comme la vigne, (cf. Mc 12, 1-12) est le symbole du peuple de l’alliance : cf. Jr 8, 13.
• A la suite de la remarque de Pierre (v. 21), Mc ajoute ici trois paroles de Jésus sur la foi, la prière et le pardon : voir en TOB les notes sur les v. 23. 24. 25.

17. – Mc 11, 27 – 12, 44 : Les disputes théologiques à Jérusalem

Suite à l’”affaire du Temple”, la question se pose plus que jamais sur l’autorité de Jésus. D’où une série de trois controverses qui font le pendant de celles du début du ministère (Mc 2, 1 – 3, 6).

1) Comment peut-on voir l’importance de ce passage pour l’Évangéliste ? Où place-t-il l’action ? Qui sont les acteurs ? Quel est l’enjeu ?
2) La parabole de Mc 12, 1-12 : à qui Jésus s’adresse-t-il ? Que veut-il dire ? Comment la communauté chrétienne a-t-elle compris cette parabole ?
3) montrer comment dans les trois controverses (Mc 12, 13-34), la réponse de Jésus dépasse chaque fois la question qui lui était posée.

Question 1

• Toute cette scène est placée par Mc à Jérusalem, dans le Temple (11, 27; cf. 13, 1) : c’est là qu’a lieu la confrontation de Jésus avec les autorités religieuses.
• Face à Jésus interviennent tour à tour les Grands-Prêtres, les scribes et les anciens (11, 28 et note TOB), puis les Pharisiens et les Hérodiens (12, 13 en note TOB; en BJ, voir Mt 22, 16 +), enfin des Sadducéens (12, 18 et note TOB; en BJ, voir Mt 22, 23 +). Mais on trouve aussi la foule ( 11, 32; 12, 12. 37) et les disciples (12, 43).
• L’enjeu du débat est l’autorité de Jésus (11, 28 et note TOB; en BJ voir Mt 21, 23 +).
• Pour l’Évangéliste, c’est le début du procès de Jésus; comparer cet affrontement de Jésus avec ses adversaires avec celui du début du ministère (Mc 2, 1 – 3, 6).

Question 2

• Chez Mc (cf. Lc) la parabole des Vignerons suit immédiatement la question sur l’autorité de Jésus : elle s’adresse donc aux personnages mentionnés en Mc 11, 27.
• Sur le sens de cette parabole, voir les notes sur Mt 21, 33-46 en BJ et en TOB.
• Pour l’image de la vigne dans la Bible, cf. Is 5, 1 + ; la vigne est une désignation du peuple élu : cf. la note de TOB sur Mc 12, 1.
• En Is 5, le prophète reprochait à la vigne de ne pas produire les fruits que Dieu attendait; ici Jésus reproche aux responsables du peuple de ne pas donner à Dieu les fruits auxquels il a droit (v. 2). C’est pourquoi la vigne leur sera enlevée et donnée à d’autres (v. 9).
• Sur l’identité du fils bien-aimé, voir la note TOB sur Mc 12, 6; la BJ donne en marge un renvoi à Jn 3, 16-17. Dans l’église primitive, la parabole s’est enrichie à la lumière de l’AT : cf. les notes de TOB sur Mt 21, 33 et 42.

Question 3

• Sur les trois controverses, voir la note de TOB sur Mc 12, 13.
• Par leur question sur l’impôt, les adversaires voudraient rendre Jésus suspect au peuple ou à l’autorité romaine. Sur la réponse de Jésus, voir TOB sur Mc 12, 17.
• Aux Sadducéens, Jésus reproche d’imaginer le monde futur sur le modèle du présent (v. 24-25); de plus, pour lui cette foi en la résurrection rend pleinement compte de la révélation de Dieu (note TOB sur Mc 12, 26; en BJ sur Mt 22, 32 +).
• En Mc 12, 28-34 Jésus répond à la question posée, mais il ajoute le v. 31.

18. – Mc 13, 1-37 : “Prenez garde… veillez !”

C’est maintenant un discours adressé aux disciples : Jésus parle de la ruine du Temple et des bouleversements qu’elle représente pour le monde juif.

1) Comment est composée la première partie de ce chapitre (v. 1-23) ? Sur quoi insiste le
texte ?
2) Expliquer les références à l’Ancien Testament en Mc 13, 24-27.
3) Quel est le message des deux paraboles qui concluent Mc 13 : pour les auditeurs de
l’Évangéliste ? Et pour nous, aujourd’hui ?

Question 1

• Après l’introduction qui répond à la question d’un des disciples (v. 1), vient la double question des quatre premiers disciples (voir les notes TOB sur Mc 13, 3 et 4). Dans le discours de Jésus(v. 5ss) noter l’appel répété à prendre garde : v. 5. 9. 23; cf. 33.
• D’abord les disciples sont exhortés à prendre garde à ce qui peut désorienter leur foi (v. 5 et 22 et note TOB sur 13, 22). Une autre épreuve sera la persécution (v. 9-13) que les chrétiens contemporains de Mc connaissent.
• Sur la grande détresse (cf. note TOB sur Mc 13, 14). Noter que tout ceci n’est pas le signe de la fin des temps (cf. v. 7 et 13), mais le début de l’enfantement (v. 8 et note TOB) d’un monde nouveau.

Question 2

• Sur cet emploi des textes de l’AT, voir en BJ la note sur Mc 13, 24 +; cf. aussi les notes sur Mt 24, 29 +; 24, 30 +; lire aussi en TOB la note sur Mt 24, 29.
• Sur le Fils de l’Homme, voir en BJ Mt 8, 20 +; en TOB, voir la note sur Mc 13, 26.
• Pour le rassemblement des élus, voir les notes BJ et TOB sur Mt 24, 31 +.

Question 3

• La parabole du figuier répond en partie à la question de Mc 13, 4 : comme les pousses du figuier annoncent l’été, ainsi certains signes annoncent la venue du Fils de l’Homme : cf la note TOB sur Mc 13, 29 et le renvoi au parallèle de Mt.
• La génération du v. 30 peut être celle de Jésus, mais cela reste imprécis (note TOB).
• Dans le v. 31, Jésus compare sa parole à celle de Dieu (cf. Is 40, 8 et 51, 6, citée en marge de BJ sur le texte parallèle de Mt).
• Sur le v. 32, voir la note TOB ou celle de BJ sur Mt 24, 36.
• La parabole du portier n’envisage le retour du maître que de nuit, (cf. la note BJ sur 13, 35), peut-être parce que la venue du maître, c’est le “Jour du Seigneur”.
• Remarquer l’insistance sur l’impossibilité de savoir quand (v. 33 et 36) et sur l’invitation à veiller (v. 33. 35. 37).
• Pour les premiers lecteurs de Mc, ce texte peut être comparé à ce qu’écrivait Paul en 1 Th 5, 1ss ( cf. les notes de BJ ou TOB sur ce passage).

19. – Mc 14, 1-42 : Jésus devant sa mort

Le récit de la Passion tient une grande place dans la tradition évangélique : il témoigne de la réflexion des croyants sur cette étape bien mystérieuse.

1) Quels sont les projets des différents personnages qui interviennent en Mc 14, 1-16 ?
2) Comment Mc nous présente-t-il les convives du repas pascal (v. 17-31) ?
3) Mc nous invite à contempler Jésus à Gethsémani : que découvrons-nous ?

Question 1

• Les grands-prêtres et les scribes préparent la mort de Jésus (14, 1-2; cf. déjà 12, 12); ils veulent éviter que la fête soit troublée.
• La femme offre à Jésus ce parfum de grand prix (14, 8-9 et notes TOB) : par là, elle parfume d’avance le corps de Jésus pour l’ensevelissement.
• Judas, l’un des Douze (cf. 3, 19) se prépare à livrer Jésus (v. 10-11).
• Jésus prépare sa Pâque : il envoie deux disciples pour les préparatifs (14, 12ss) et il donnera à cette Pâque une signification nouvelle : cf. 14, 22ss et la note TOB sur Mt 26, 26. Sur l’importance de la Pâque : Mc 14, 1. 2. 12. 14. 16; cf. notes TOB sur 14, 1 et les deux notes sur 14, 12.

Question 2

• L’institution de l’Eucharistie se trouve entre l’annonce de la trahison de Judas (v. 17-21) et celle de la fuite des disciples et du reniement de Pierre (v. 26-31).
• Pour la trahison, noter l’insistance sur “Judas, l’un des Douze”; cf. aussi la question posée par chacun à Jésus : ”serait-ce moi ?”
• L’allusion au Ps 41(40), 10 nous rappelle que ce qui va arriver entre dans le dessein de Dieu. Sur l’annonce de la dispersion des disciples : cf. Za 13, 7 et la note BJ.
• Au cours du repas, Jésus fait les gestes habituels de celui qui préside (rompre le pain après avoir rendu grâces…), mais il donne à ces gestes une signification nouvelle par les paroles qui font le lien avec sa mort prochaine; cf. en BJ et en TOB les notes sur Mt 26, 28 +.

Question 3

• Jésus est avec ses disciples, spécialement Pierre, Jacques et Jean (cf. Mc 5, 37) et pourtant il est seul : voir note TOB sur Mc 14, 33.
• Comme à la Transfiguration, les disciples sont déroutés par ce qu’ils découvrent de Jésus (comparer 14, 40 avec 9, 6; cf. la note TOB sur Mc 14, 37)
• Jésus est saisi d’effroi (v. 33); il tombait à terre (v. 35) parce que son “heure” est venue (note TOB sur v. 35); noter les allées et venues vers les disciples (v. 37. 40. 41) comme à la recherche d’un peu d’aide et de soutien.
• Sa prière est celle du Psalmiste moqué par ses ennemis : lire le Ps 42, spécialement les v. 4-6 et 11-12.
• C’est aussi la prière du Fils : v. 36 et notes TOB et BJ : la prière de l’enfant qui se remet entre les mains de son père.

20. – Mc 14, 43 – 15, 47 : L’arrestation et la mort de Jésus

La deuxième séquence de la Passion nous mène au coeur du drame : Jésus est jugé par les autorités religieuses de son peuple; il est condamné et mis à mort par le pouvoir romain.

1) Qui sont les acteurs dans ce récit ? Comment se situent-ils par rapport à Jésus ?
2) Relever les références AT utilisées (signalées surtout en marge de Mt) et montrer comment
elles aident à comprendre le scandale d’un Messie crucifié.
3) Quels sont les titres donnés à Jésus dans ce récit ? Et leur importance ?

Question 1

• Le groupe des Douze et en particulier Judas et Pierre.
• Le Grand-Prêtre, les grands-prêtres, scribes et anciens (cf. note TOB sur v. 43)
• Pilate qui tente de sauver Jésus (15, 9ss), puis cède (v. 15)
• La foule qui se laisse manoeuvrer par les grands-prêtres; les soldats qui se moquent du “roi des Juifs”, les malfaiteurs qui l’injurient (15, 32).
• Simon de Cyrène (cf. note TOB sur Mc 15, 21); les femmes – qui n’apparaissent pas avant en Mc – sont là comme témoins de la mort et de l’ensevelissement de Jésus; on les retrouvera à la Résurrection.

Question 2

• Noter l’abondance des références scripturaires :”ce récit ne veut pas émouvoir, il veut faire réfléchir, faire comprendre comment un Messie crucifié peut entrer dans le plan de Dieu.” (J. Delorme)
• Le Ps 22 est cité 4 fois . le juste souffrant qui s’est remis au Seigneur; entouré d’ennemis, il crie sa plainte et dit son espérance d’être sauvé par Dieu..
• Is 52-53 : voir la note de BJ sur Is 42, 1 + et celle sur Is 52, 13 +.
• Le Ps 69 revient deux fois : Mc 15, 23. 36 (voir en BJ la note sur le titre du Ps).
• Cf . encore Mc 15, 29-32 : Lm 2, 15; Jr 18, 16; Sg 2, 18-20; sur Mc 14, 62 : Ps 110, 1 et Dn 7, 13.
• Toutes ces citations témoignent de l’effort et de la réflexion des premiers croyants pour entrer dans le mystère de la croix à la lumière de la Parole de Dieu.

Question 3

• Roi des Juifs (15, 2) : il est appelé ainsi par Pilate, mais la réponse de Jésus marque une réserve (cf. note TOB sur Mc 15, 2), car cette expression est ambiguë.
• Messie, Fils du Béni (cf. TOB sur Mc 14, 61) : Jésus répond par l’affirmative à la question du Grand-Prêtre (Mc 14, 62 et note TOB).
• Fils de Dieu (Mc 15, 39) : le titre est donné par le centurion païen : voir la note TOB.
• Comparer ces titres avec Mc 1, 1 et avec les défenses faites au cours de l’Évangile de dire qui est Jésus (cf. Mc 1, 34; 8, 30 et les notes TOB sur ces versets). Maintenant que Jésus est mort, sa véritable identité peut être dévoilée : le Messie, le Fils de Dieu, c’est le Crucifié.

21. – Mc 16, 1-8 : Le tombeau ouvert et le message de Pâques

Quelques lignes suffisent à Mc pour nous mettre devant le message de Pâques. Une fois de plus, le dessein de Dieu est déroutant et il ne peut être reçu que dans la foi.

1) Qui sont les personnages qui interviennent ? Que font-ils ?
2) Réfléchir sur le message des v. 6-7.
3) Le récit de Mc s’arrête brusquement au v. 8 : comment comprendre ce verset ?

Question 1

• Il y a les femmes (cf. Mc 15, 40-41 et 47 où elles sont les témoins de la mort et de la mise au tombeau). Dans le récit, elles assurent le lien entre les événements.
• Leur projet est de venir oindre le corps : de grand matin, le premier jour de la semaine ( = notre dimanche), elles viennent à la tombe.
• Sur leur dialogue, voir la note TOB sur Mc 16, 3.
• Elles vont de surprise en surprise (v. 4; puis v. 5). Leur frayeur (note TOB sur le v. 5) n’est pas une peur psychologique mais religieuse : cf. Mc 1, 27; 9, 15; 10, 24. 32; cf. encore la note TOB sur Mc 1, 27.
• Elles reçoivent ici un message (v. 6-7); sur leur réaction : (v. 8 et note TOB).
• D’autre part, il y a le jeune homme ; la robe blanche le qualifie comme personnage céleste (voir note TOB sur v. 5); il apporte un message.

Question 2

• C’est le message de Pâques exprimé dans les termes traditionnels du kérygme (cf. note TOB sur v. 6) : la Résurrection de Jésus est l’oeuvre de Dieu : il est ressuscité (sous-entendu : par Dieu).
• Ce message est donné par un personnage céleste, car l’annonce de la Résurrection nous est donnée comme une Parole de Dieu; elle ne peut être déduite de la mort de Jésus et du tombeau vide.
• Ce message concerne Jésus de Nazareth, le crucifié que Dieu a ressuscité (cf. note TOB sur v. 6).
• A noter le rendez-vous en Galilée (v. 7; cf. Mc 14, 28) et la place donnée à Pierre.

Question 3

• La fuite des femmes, leur effroi, leur silence mettent en relief la transcendance de l’action de Dieu. Le projet, soigneusement préparé (venir oindre le corps), est dépassé par ce que Dieu fait et révèle dans la Résurrection de Jésus.
• D’autre part, le silence des femmes fait que le regroupement en Galilée n’est dû qu’à l’action du Ressuscité (cf. Mc 14, 28).
• Comme tout au long de l’Évangile de Mc, l’homme est ici dépassé par ce que Dieu fait et révèle dans la vie, la mort et la Résurrection de Jésus.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s